France - Guinée équatoriale
Raymond Domenech sélectionneur de la Guinée Equatoriale ?
Alors que Gilson Paulo devrait être démis de ses fonctions de sélectionneur de la Guinée Equatoriale, il pourrait être remplacé par Raymond Domenech. L’ancien sélectionneur de l’équipe de France pourrait prendre les rênes du Nzalang Nacional.

De notre correspondant

Et si Raymond Domenech reprenait du service ? Un temps approché par le Kenya, qui a finalement choisi Adel Amrouche, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France serait actuellement en discussions pour devenir le prochain homme fort de la Guinée Equatoriale, d’après nos informations. Une thèse amplifiée depuis par les dernières déclarations du président de la Fédération guinéenne, Domingo Mituy Edjang qui, s’il a récemment refusé de donner les noms des candidats en lice pour le poste de sélectionneur du Nzalang Nacional, a laissé fuité quelques indices dans ce sens.

Une nouvelle bientôt officialisée

Au cours d’une conférence de presse, au cours de laquelle il a officialisé la non-reconduction du contrat de l’actuel entraîneur, Gilson Paulo, le dirigeant a notamment fait savoir que "le prochain entraîneur sera un Européen de renom qui a joué plus de cinquante matchs avec sa sélection et qui a dirigé son pays lors de la dernière Coupe du monde." Le président a également précisé : "Il devra arriver à Malabo dans une dizaine de jours."

Pour de nombreux observateurs du football équato-guinéen, l’on annonce des discussions avec l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, Raymond Domenech. D’autant plus que Domenech a disputé 79 matchs avec les Bleus entre 2006 et 2010. Pour y parvenir, les responsables du football de ce petit pays pétrolier de l’Afrique centrale sont prêts à débourser d’énormes sommes d’argent pour se payer les services d’un entraîneur mondialement connu.

Qualifier l’équipe au Mondial 2014

Pour le président de l’instance, élu au mois de janvier dernier, le challenge est énorme : il vise une qualification de la sélection pour la Coupe du monde 2014. Mais afin d’y arriver la Guinée Equatoriale, actuelle dernière de sa poule avec juste un point, doit venir à bout, de la Tunisie, du Cap Vert et de la Sierra Leone. Sur le plan continental, elle a participé à la première phase finale de la CAN de son histoire, et en atteignant dans la même mouvance, l’étape de quart de finale en 2012.

Ce parcours historique a été rendu possible grâce à la naturalisation de nombreux joueurs d’origine hispanique, brésilienne, et autres nationalités africaines. Une politique que semble vouloir poursuivre la Fédération équato-guinéenne pour relancer son football. Afin de continuer de faire rêver ce pays de moins d’un million d’habitant, le prochain sélectionneur doit pouvoir composer avec ses joueurs d’origines diverses, parfois imposés par les politiques.


France



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com