16 avril 2014 / Mis à jour à 09:04 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Tunisie - Politique
Tunisie : Politique et sport font-ils bon ménage ?
Quand, à l’occasion de la coupe d’Afrique des Nations fusent les questions…

De notre correspondante

La confiance, rebâtie, lentement dans « les aigles de Carthage » semble exciter les fans de football tunisien qui ont plongé, au gré des préparatifs de la rencontre Tunisie-Côte d’Ivoire, cet après-midi, en Afrique du Sud dans une atmosphère digne des moments forts du football mondial. Il est vrai que le match en question n’est qu’une étape vers la Coupe d’Afrique des Nations, mais les événements survenus en Tunisie, depuis la révolution du 14janvier 2011, ont dépeint sur le football et tous les sports confondus. A preuve, les controverses ayant parcouru le secteur et mis à l’index de nombreux responsables à la tête des fédérations et des associations, sans compter le dossier de la corruption, aujourd’hui encore pendant, du gendre de l’ancien Président, principal protagoniste du drame de l’échec de la relation Sport- politique. Les prolongements de cette expérience ne se sont pas complètement estompés et la CAN vient apporter une brise d’espoir qui a trouvé racine dans le premier match contre l’Algérie. Les aigles de Carthage gagneront-ils, gagneront-ils pas ? En attendant que s’accomplisse le destin, d’autres questions taraudent les tunisiens, sur la relation, justement entre la politique et le sport. La Tunisie post-révolution peut-elle aujourd’hui, continuer à miser avec autant d’ostentation, voire aussi abusivement sur le sport ?

D’autant que la comparaison avec le secteur de la culture, par exemple ou encore celui du développement régional, est pour le moins dérisoire ? Dans cette logique, le football, passion ou drogue quasi universels, selon l’angle que l’on adopte pour se positionner par rapport à la question, n’a jamais cessé d’intéresser le politique, précisément, en raison de cette connotation qu’il a acquise tout au long de sa pratique. Parce que, contrairement à l’art, il n’a aucunement l’intention, ni d’ailleurs la prétention de « changer » le monde… « Catharsis » physique, si l’on peut dire, il est aussi l’échiquier privilégié des politiciens qui ont en saisi l’aspect spectaculaire pour endormir les foules et les détourner de leurs préoccupations cruciales, en usant des simulacres du drapeau national, du feu sacré « la grinta », et de tous genres de concepts, sans cesse réinventés et qui noyautent autour de l’identité politico-sportive dans son sens le plus chauviniste. Mais ne faudrait-il pas tenir compte de l’esprit olympique qui a souvent rappelé les sports à l’ordre du respect de l’altérité, du fair-play et de l’ensemble du dispositif déontologique qu’il implique ?

L’édition 1965 de la CAN a failli souffrir d’un acte qui n’avait rien à voir avec le football : plusieurs pays se sont retirés en raison du discours prononcé par le Président tunisien à Jéricho (Ariha) et dans lequel il préconisait un dialogue palestino-israélien ! Aucune commune mesure avec cet autre type de rapport politique-sport qui a secoué les sports tunisiens après le 14 janvier et dont les dégâts sont ont noms le népotisme, la corruption et la mauvaise gestion.

La bourse des pronostics : un climat tiède

A bien observer l’atmosphère de ces derniers jours d’attente qui ont précédé le match Tunisie-Côte d’Ivoire, on constate les traces de l’expérience douloureuse de l’intervention du politique dans le sport. Il semble que la politique a quelque peu, ravi la vedette aux sports, en ouvrant large le zoom sur le champ civique dans son ébullition, suite à la révolution. La conversation politique l’emporte aujourd’hui, manifestement sur les sports qui, jadis, étaient le sujet de prédilection dans les cafés de la place, courus par des fonctionnaires toutes catégories confondues, qui répondaient absents à l’appel de leurs devoirs administratifs et vaquaient aux commentaires les plus enthousiastes, voire les plus vifs sur l’actualité sportive.

Si cette édition de la CAN promet un renouement du tunisien avec l’art du supporting, ce sera en grande partie une façon d’éluder la tourmente d’un présent politique flou et incertain, surchargé par un suspense qui n’en est pas un : celui du remaniement ministériel dont l’annonce publique est prévue pour aujourd’hui, une heure avant le match…. Le rythme selon lequel se profilent les pronostics des spécialistes comme celui des amateurs, est perçu comme étant plutôt lourd, sur lequel pèse l’ombre de l’omerta qui avait régné durant plusieurs décennies.

Y aurait-il pour ainsi dire, un indice signifiant un quelconque recul des fans du football et notamment du drapeau rouge et blanc, par rapport au politique, à tout le système axé sur l’instrumentalisation du sport, de ses acteurs et de ses structures ?

Sur plusieurs tribunes du champ civique, ces questions et d’autres continuent de se faufiler dans les débats. Si l’équipe nationale était habilitée cet après-midi, à continuer l’escalade vers la Coupe, des éléments de réponse seraient fournis sur la base desquels la relation avec le politique pourrait être colmatée. Le cas échéant, se poseront des questions plus sérieuses susceptibles de mettre en branle le couple.

En attendant, autant dire que dans les cafés et mêmes dans les foyers, l’ambiance est aux préparatifs à l’honneur d’un match qui implique, au-delà des équipes, le fleuron des joueurs. Et à croire leurs déclarations, c’est la promesse d’une partie concluante pour les aigles de Carthage.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles