21 août 2017 / Mis à jour à 04:48 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
France - Justice - Vidéos
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi à Paris pour réclamer « justice et vérité » pour Lamine Dieng
Violences policières : ce samedi, les familles de victimes commémorent à Paris les 10 ans de la mort classée sans suite de Lamine Dieng.

Lamine Dieng est décédé le 17 juin 2007 au petit matin dans un car de police après avoir été immobilisé et pressé au sol alors qu’il résistait à son arrestation dans le quartier populaire de Ménilmontant. En 2014, la justice a conclu à un non-lieu.

........

Ci dessous l’article d’afrik.com de juillet 2007

« Un jeune homme de 25 ans a trouvé la mort, dans la nuit de samedi à dimanche 17 juin, sur la voie publique, dans des circonstances mystérieuses… C’est peut-être près de chez vous : au 8, rue de la Bidassoa, Paris 20e. Nous, la famille, les amis, nous voulons comprendre, savoir ce qui nous l’a enlevé. » Suit, à la fin du communiqué, un numéro de téléphone. Le jeune homme, c’est Lamine Dieng, mort en présence des forces de police. Et depuis deux semaines, ni l’appel à témoin, ni l’enquête policière, ni les démarches judiciaires n’avancent assez vite aux yeux des parents du défunt.

Selon la version de l’Inspection générale des services (IGS), rapportée par sa sœur Ramata, Lamine Dieng a été interpellé après que sa compagne, avec laquelle il s’était disputé, a alerté la police tard dans la nuit. « En état de démence », selon les forces de l’ordre, Lamine, physiquement imposant, aurait résisté aux policiers qui sont finalement parvenus à le faire monter dans leur fourgon. « C’est là qu’il aurait été victime d’un malaise cardiaque. Les policiers disent l’avoir ressorti sur la voie publique et avoir appelé les pompiers en tentant de le réanimer. Mais Lamine est mort avant que les secours n’arrivent. Il serait décédé de mort naturelle », poursuit Ramata.

Versions judiciaires contradictoires

« Nous n’avions pas d’idée préconçue sur les raisons du décès de Lamine et nullement l’intention de mettre en question la parole de l’autorité, explique la famille Dieng dans un communiqué publié le 3 juillet. Mais le temps passe, les versions contradictoires se succèdent et laissent maintenant la place à un silence qui nourrit le doute et la colère. »

Le doute est d’abord né du délai mis par les autorités à prévenir la famille, le lundi 18 juin, à 17h30, du décès de Lamine, à 4h30 le 17 juin. L’IGS a expliqué à Ramata que Lamine n’avait pas de pièce d’identité sur lui et qu’il a été identifié grâce à sa moto, garée devant l’hôtel où il logeait. Les policiers du commissariat du 20e avaient pourtant assuré que le jeune homme, dont le casier n’était pas vierge, était « connu » de leurs services. « Une façon de corroborer leur version, selon laquelle il aurait pu absorber de la drogue et qu’il serait quelqu’un de pas bien, estime Ramata. Eux n’auraient rien fait et il serait mort en raison de son comportement... »

Le dernier facteur qui a fini de troubler la famille Dieng concerne les suites judiciaires apportées à l’affaire. Le procureur de la République a dans un premier temps indiqué de « manière informelle » à l’avocat de la famille, Me Antoine Ricard, que l’enquête était close et que l’autopsie avait révélé une crise cardiaque due à une overdose, rapporte le communiqué. Mais alors qu’elle était reçue le 29 juin par le Vice Doyen des Juges d’Instruction, la famille Dieng s’est entendue dire qu’une enquête était toujours en cours au Parquet et qu’il ne lui était donc pas possible d’obtenir les éléments du dossier.

Pour maintenir la pression sur les autorités, un collectif, notamment soutenu par l’adjoint au maire de Paris, Pierre Mansat, appelle à un sit-in, vendredi, à Paris, sur la place Gambetta, non loin de l’endroit où Lamine a été retrouvé mort. Une première manifestation avait réuni près d’un millier de personnes le 24 juin dernier.

- Le blog consacré à Lamine Dieng



à la une




communiqués

afrik-foot