18 octobre 2017 / Mis à jour à 18:14 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Nigeria - Conflit
Nigéria : les dirigeants du Sud invitent le Nord à négocier

Les dirigeants du Sud du Nigeria ont invité hier leurs homologues du Nord à réfléchir et négocier le cadre pour un nouveau pays, car sur les fondements actuels de la la Constitution de 1963 le pays s’approcherait d’une crise de grande ampleur.

Un important mouvement agite le Nigeria depuis longtemps maintenant autour de l’idée de création d’un état indépendant dans la region du Biafra,. Les responsables politiques de la région Sud souhaitent voire le cadre constitutionnel du pays évoluer mais leur demande vient d’être une nouvelle fois rejetée par l’Assemblée nationale. Jugeant cette décision contraire à la volonté populaire, les dirigeants du Sud ont promis de poursuivre leurs démarches jusqu’à ce que la question soit menée à terme.

Les dirigeants du Sud se sont rencontrés sous l’égide du Southern Leaders Forum, à Lagos. 2taient représentés notamment le chef Adebanjo ; Ancien directeur général du département de service d’état, chef A.K Horsfall ; Ancien président d’Ohanaeze Ndigbo, professeur Joe Irukwu ; Gen Ike Nwachukwu, secrétaire du Conseil des Anciens Yoruba, Dr Kunle Olajide ; Le chef Afenifere, le Dr Amos Akingba et ancien président de la Commission de développement du delta du Niger, le sénateur Bassey Ewa-Henshaw ainsi que Vanguard Publisher, M. Sam Amuka ; Ancien sénateur whip sénateur, sénateur Stella Omu, col Tony Nyiam (retd) ; Et le chef Guy Ikokwu parmi d’autres. Le secrétaire à la publicité Afenifere, M. Yinka Odumakin, qui a lu le communiqué du forum, a déclaré : "Nous ne voulons pas d’un Nigeria où une partie de la population vit comme esclave de l’autre, mais plutôt un Nigeria où tous les citoyens, indépendamment de leur appartenance ethnique ou religieuse peuvent vivre pleinement leur vie dans le bonheur sans entraves. Nous croyons que quiconque s’oppose à cette vision est un ennemi du Nigeria que nous rêvons. "

Commentant la décision de l’Assemblée nationale de rejeter une évolution de la constitution il a déclaré : "Leur décision reflète le mépris le plus profond de la demande populaire p (...) l’Assemblée nationale nous a donné un centre plus fort qui va maintenant organiser des élections dans les gouvernements locaux contre les dispositions existantes du fédéralisme. (...) Il est évident que l’Assemblée nationale s’est retirée de la résolution de la crise nigériane en excluant la dévolution du pouvoir. Ils ont involontairement donné plus de munitions aux forces d’autodétermination en tentant d’effondrer la colonne de restructuration dans la bataille pour l’âme du Nigeria. (...) Il serait cependant à courte vue pour l’Assemblée nationale et leurs sympathisants de penser que c’est la fin de la question. La demande de restructuration ne peut pas aboutir à leurs décisions car le Nigeria a atteint une crise terminale dont elle ne peut se rétablir que si elle est restructurée ".

La guerre du Biafra et ses millions de morts reste dans toute les mémoires car il est peu probable que le pays puisse survive à un nouveau conflit majeur. La seule façon d’avoir un Nigeria paisible est d’avoir un pays basé sur la justice et l’équité pour tous les Nigérians rappelent les responsables politique du Sud qui appellent donc "à une réunion immédiate de dirigeants bien intentionnés du Sud et du Nord pour trouver un moyen de sauver le Nigeria de la destruction et de la crise. Un retour urgent aux principes que nos pères fondateurs ont convenu comme base de notre indépendance est la seule solution pour le Nigeria, car la plupart des secteurs de notre pays ont perdu confiance dans les dispositions de la Constitution. "

Réagissant aux remarques du Président par intérim selon lesquelles les agitateurs de restructuration cherchaient des rendez-vous, Adebanjo, qui a parlé en marge de la réunion, a déclaré : "Il ne peut pas dire que nous cherchons un rendez-vous, est-ce moi ou Horsfall ou le général Ike Nwachukwu ? Il montre simplement quelqu’un en position, mais ne comprend pas le problème des personnes qu’il dirige. C’est une déclaration malheureuse, je ne vais pas m’engager dans des discussions stériles avec lui, cela montre la limite de sa connaissance de la façon dont le pays s’est réuni. Je pense qu’il devrait mieux connaître. Il n’est pas seulement un avocat, il a été procureur général et vice-président ".

Lire aussi notre dossier sur la guerre du Biafra



à la une




communiqués

afrik-foot