19 septembre 2014 / Mis à jour à 22:54 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Nigeria
Nigeria : le poste de police de la ville de Song brûlé

Le poste de police de la ville de Song, située à seulement quelques kilomètres de la frontière avec le Cameroun, a été le théâtre d’un attentat armé ayant fait quatre morts dont un policier et un soldat, rapporte BBCAfrique. Le porte-parole de la police de l’Etat d’Adamawa a informé la BBC que le groupe islamiste Boko Haram a plusieurs fois commis des attaques mortelles dans le Nord du pays, mais refuse pour le moment d’imputer la responsabilité des attentats à quelconque groupe terroriste. L’Etat de Adamawa subit régulièrement des attaques de groupes islamistes, mais c’est la première fois qu’ils s’en prennent à la ville de Song. Une autre attaque du genre a été perpétrée la semaine dernière à Maiha, toujours dans l’Etat de Adamawa. Et jusque-là, un suspect n’a été arrêté. A en croire des témoins oculaires, certaines victimes ont été brûlées vives.


Nigeria en bref
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius s’est en effet inquiété ce mercredi en Conseil des ministres de la « menace croissante représentée par Boko Haram dans le nord du Nigeria avec...

Au moins 67 ressortissants sud-africains sont décédés dans l’effondrement de la Synagogue Church of All Nations le 12 septembre, à Lagos, la capitale économique du Nigeria. « Je suis profondément...

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a tiré la sonnette d’alarme ce jeudi sur les risques d’un développement rapide de l’épidémie d’Ebola à Port Harcourt, grande ville pétrolière du sud du Nigeria, où...


derniers articles Nigeria
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius s’est inquiété de la menace que représentait Boko Haram qui a pour ambition de contrôler le nord du...

Boko Haram a encore frappé au Nigeria. Ce mercredi un campus de Kano, dans le nord du Nigeria a été la cible. Au moins 13 personnes ont été tuées et 34 autres blessées lors d’une attaque de...

Plus de six mois après leur enlèvement par le groupe terroriste Boko Haram, les lycéennes de Chibok sont déjà tombées dans l’oubli alors que leurs familles désespèrent de les retrouver saines et sauves....


à la une




en bref