18 avril 2014 / Mis à jour à 18:49 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Kenya - Namibie - Nigeria - Informatique - NTIC - Télécommunications - Science
Mxit, le Facebook africain a la cote
Avec près de 50 millions d’utilisateurs enregistrés, Mxit le logiciel de messagerie instantanée sud-africain est devenu le logiciel indispensable pour communiquer avec les membres de sa tribu, mais aussi avec le reste du monde, via son téléphone portable.

L’histoire commence en mai 2005 en Afrique du Sud, alors que Facebook affiche sa suprématie dans le monde des réseaux sociaux. Herman Heunis, un ingénieur de 50 ans, né en Namibie se lance dans la création d’un logiciel portable conçu au départ pour être le complément d’un jeu par SMS non-rentable. Quoi qu’il en soit, en à peine quelques mois le logiciel 100% sud-africain compatible avec 2 000 modèles de portables est mis en accès libre, et trouve très vite son public. En à peine deux ans, la start-up devient rentable.

Le succès fulgurant

Mxit revendique aujourd’hui plus de 50 millions d’abonnés, dont quarante-cinq millions en Afrique du Sud, où il est plus utilisé que Facebook, et 5 millions dans le reste du monde. Le logiciel est disponible dans plus de 190 pays : Nigeria, Kenya, Namibie, mais aussi en Amérique latine et en Europe. Le président Obama l’a même utilisé pour discuter avec les jeunes Africains lors de son premier voyage officiel en Afrique en 2009. Les chiffres sont impressionnants, avec 750 millions de messages échangés par jour, le programme compte autant d’utilisateurs que Blackberry Messenger et plus que Twitter (340 millions de messages quotidiens en mars 2012). Les utilisateurs de Mxit passent davantage de temps avec ce programme (45 heures par mois en moyenne) que ceux de Facebook (15 heures) et chaque jour, 60 000 nouvelles inscriptions sont réalisées.

L’un des atouts majeurs du logiciel est le fait qu’il puisse être utilisé depuis un téléphone portable. Une aubaine pour les pays où internet et les ordinateurs sont difficilement accessibles. L’autre avantage est économique : quand un SMS est facturé autour de 0,75 rand (0,08 euro), un message via Mxit ne coûte qu’environ 0,01 rand à son expéditeur. Enfin le dernier atout de Mxit est sans doute social. Il représente pour ses utilisateurs un moyen alternatif d’expression et d’échange. Un rôle non négligeable, quand on se rappelle du rôle qu’ont pu jouer les réseaux sociaux dans les révolutions arabes. Ce dernier avantage est peut-être également son talon d’Achille, l’entreprise est accusée d’avoir une mauvaise influence sur la jeunesse. Pour changer cette image elle tente de mieux modérer les échanges pour protéger les mineurs.


lire aussi
Tandis que l’usage de téléphones portables explose sur le continent africain, les opérateurs de télécommunications et des entreprises se saisissent de l’opportunité pour proposer...

Almajadid.com est le premier réseau social entièrement dédié au Marocains. L’idée de créer ce site est née du constat que les sites globaux ne sont pas adaptées aux spécificités des...

A Sétif, dans l’Est algérien, les cybercafés foisonnent à un rythme effréné. Le nombre de ces espaces dépasse de loin la centaine. A tel point qu’on en trouve à chaque coin de rue....


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles