30 juillet 2016 / Mis à jour à 00:39 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Ghana - International - Pan Afrique - RDC - Rwanda - Agriculture - Agro-alimentaire - Développement - Energie
Mo Ibrahim Forum : Moïse Katumbi veut développer la RDC !

Moïse Katumbi, le très populaire dernier Gouverneur de l’ex-Katanga et président du Tout Puissant Mazembé, intervenait, ce 21 novembre 2015, au Mo Ibrahim Forum, dont l’édition 2015 s’est déroulée à Accra au Ghana. L’occasion pour lui de défendre son bilan et sa méthode mais aussi de préciser sa vision du développement de la RDC.

Intervenant entre autres aux côtés de Ngozi Okonjo Iweala, Donald Kaberuka et de Mpho Parks, le maire de Johannesburg, dans le cadre d’un panel sur le développement urbain en Afrique, Moïse Katumbi a débuté son intervention par une confession. À la question, "quelle est votre ville préférée ?", celui-ci a répondu : Goma. Un choix hautement symbolique qu’il justifie par le fait que la population de cette ville, située à l’Est de la RDC et particulièrement meurtrie par la guerre, a toujours su rester unie et solidaire malgré les épreuves douloureuses.

« Quand j’ai débuté dans mes fonctions de Gouverneur, je suis allé partout à la rencontre des gens pour savoir quels étaient leurs besoins, quelles routes il fallait construire. Il est important de communiquer avec eux car les meilleurs ingénieurs, ce sont les gens eux-mêmes »

Au gré de ses différentes prises de parole, l’ex-Gouverneur de l’ex-Katanga a défendu son bilan à la tête de la province, chiffres à l’appui. Une manière indirecte de répondre à ceux qui, au sein de la Majorité présidentielle - à l’instar de Richard Muyej Mangez, le Commissaire spécial du Lualaba - ont tenté de ternir son bilan, pourtant largement reconnu comme positif par la plupart des analystes. Ces derniers considèrent en effet la gestion de l’ex-Katanga ces dernières années comme exemplaire, en dépit des difficultés dues à la très faible rétrocession des ressources budgétaires de la part du Gouvernement central (6% en moyenne alors que la Constitution congolaise impose un taux de 40%).

Mais lors de cet échange, Moïse Katumbi a surtout eu l’occasion de défendre sa méthode et de préciser sa vision de ce que devait être le développement de la RDC au XXIème siècle. Une vision qualifiée d« originale, moderne et inspirante » par l’un des participants au panel.

Tirant les leçons de sa propre expérience, Moïse Katumbi a commencé par rappeler l’importance d’associer les populations à la gestion locale. « Quand j’ai débuté dans mes fonctions de Gouverneur, je suis allé partout à la rencontre des gens pour savoir quels étaient leurs besoins, quelles routes il fallait construire. Il est important de communiquer avec eux car les meilleurs ingénieurs, ce sont les gens eux-mêmes », a-t-il affirmé.

« Quand je suis arrivé à la tête du Katanga, le budget de la province n’était que de 20 millions de dollars. Un an après, celui-ci s’est élevé à un milliard de dollars »

La méthode Katumbi, c’est la consultation élargie avec les populations pour répondre au mieux à leurs aspirations, mais c’est aussi le sens des priorités. « J’ai commencé par construire des routes, non pas dans le centre-ville où les gens ont des voitures, mais dans les endroits plus reculés, en banlieue, là où les gens doivent prendre plusieurs bus pour se déplacer et où les routes sont souvent en mauvais état ».

Moïse Katumbi a aussi insisté sur les possibilités locales de financement qui doivent être privilégiées, plutôt que de solliciter l’aide extérieure comme cela est trop souvent le cas. « Quand je suis arrivé à la tête du Katanga, le budget de la province n’était que de 20 millions de dollars. Un an après, celui-ci s’est élevé à un milliard de dollars », a-t-il précisé avant d’ajouter : « les Africains sont prêts à payer des impôts s’ils voient le changement ».

Prenant ensuite le contre-pied de certains intervenants, Moïse Katumbi a insisté sur l’importance du développement des zones rurales, négligées jusqu’à présent au profit des grands pôles urbains, ainsi que de l’agriculture, un secteur très demandeur en emplois et qui permet de fixer les populations dans ces territoires relégués, en leur offrant des perspectives d’avenir, plutôt qu’un exode sans lendemain.

Dans la même veine d’idées, il a rappelé l’importance des micro-projets décentralisés notamment en matière énergétique - souvent négligés eux aussi au profit des grands projets hydroélectriques - qui permettent d’apporter de l’électricité dans les zones rurales à un coût maîtrisé. « Il faut donner la priorité aux communautés dans les zones rurales », a-t-il conclu sous les applaudissements nourris de la salle.

L’édition 2015 du Mo Ibrahim Forum a été clôturée, ce dimanche 22 novembre 2015, par un match de gala opposant une sélection de joueurs ghanéens au... Tout Puissant Mazembe, l’équipe championne d’Afrique de Moïse Katumbi. Un match remporté 3 à 1 par les Corbeaux. Sur la scène politique comme sur les terrains de football, le "Chairman", comme on le surnomme à Lubumbashi, est devenu incontournable en Afrique.


à la une




communiqués


en bref




dossiers

liens utiles