31 octobre 2014 / Mis à jour à 20:50 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Maroc - Conférence - Corruption - Développement - Investissement - Politique - Terrorisme - Presse - Vidéos
Maroc : une situation sécuritaire « maîtrisée », selon Abdelilah Benkirane

Le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, a affirmé lundi à Rabat que la situation sécuritaire du Maroc n’est pas menacée.

Il n’existe pas de climat d’insécurité au Maroc. C’est l’avis du chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane. A l’occasion d’une séance consacrée aux politiques générales lundi à la Chambre des représentants, le Premier ministre a indiqué que la situation sécuritaire du pays demeure « maîtrisée ». « Il n’existe pas de signes inquiétants sur une possible situation d’insécurité », a-t-il assuré. D’après lui, le taux de criminalité n’a pas augmenté sur les dix dernières années. Pourtant, entre 2002 et 2011, le Maroc est passé de 400.300 crimes en 2002 à 445.566 crimes en 2011, soit 45.266 crimes de plus.

Benkirane veut se démarquer de ses voisins. Il évoque la situation en Afrique du Nord et dans la région sahélo-saharienne et se félicite d’avoir mis le Maroc hors de la portée des groupes terroristes. Il a d’ailleurs souligné qu’aucun pays étranger n’a, à ce jour, émis la moindre interdiction de voyager dans le royaume. Il est à rappeler qu’une cellule terroriste a été démantelée au cours du mois dans le nord du Maroc, la deuxième en moins de deux mois. Il s’agissait d’un réseau de terroriste marocain qui évoluait dans les villes de Tanger, Al Hoceima, Finideq et Meknès. Les recrues étaient formées aux attentats suicides ainsi qu’aux opérations spéciales. En novembre 2012, le ministère marocain de l’Intérieur annonçait que neuf membres d’une cellule terroriste avaient été arrêtés. Ces derniers mettaient en place un camp d’entraînement dans la région du Rif. Leurs cibles étaient, selon les autorités, « les autorités publiques ».

Benkirane à Davos

Dans un même temps, Abdelilah Benkirane a participé, pour la deuxième fois, au 43e Forum économique mondial de Davos, qui s’est achevé dimanche 27 janvier, en Suisse. En bon VRP, Abdelilah Benkirane, a vanté la « stabilité économique » de son pays. Le chef du gouvernement a assuré, devant l’élite économique et politique, que le Maroc avait ses problèmes, mais qu’elles ne menaçaient aucunement la stabilité du royaume. « On ne peut pas dire qu’on n’a pas de problèmes au Maroc, mais on peut dire qu’aucun de ces problèmes ne touche notre stabilité », a-t-il précisé. « Il y a un long chemin à faire et nous nous y prenons avec beaucoup de sérieux et de détermination ». Un pays stable sur le plan économique et sécuritaire, le discours est rodé pour attirer de nouveaux investisseurs.

Mais il subsiste un phénomène qui a de quoi effrayer les donneurs d’ordres. La corruption. Un véritable fléau au Maroc. A ce sujet, Benkirane invite le public à ne pas croire « tout ce qui est écrit dans les journaux » car ce n’est « pas forcément vrai ». Pourtant, au Maroc tout se monnaye. Même la justice...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles