28 novembre 2014 / Mis à jour à 19:49 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Espagne - Maroc - Conférence - Conflit - Coopération - Immigration - Politique - Presse - Colonisation
Maroc - Espagne : « le temps du colonialisme est révolu »
Frontière entre Sebta et le Maroc

Le quotidien canarien El Dia lance un froid sur la péninsule ibérique. Dans un éditorial publié ce mardi, il revendique la "marocanité" des Iles Canaries, de quoi agacer Madrid...

Le quotidien canarien El Dia incendie Madrid. Dans son édition de ce mardi, le journal a publié un article intitulé « Corrompidos por la vagancia y la decadencia de España » (Corrompus par le vagabondage et la décadence de l’Espagne). Il évoque l’appartenance historique au Maroc de l’archipel des Canaries, archipel autonome situé à 150 km au nord-ouest du Maroc et à plus de 1 000 km au sud de l’Espagne, ainsi que deux villes situées au nord du royaume, Sebta (Ceuta) et Melillia. L’éditorial adopte une position critique à l’égard de la politique espagnol qu’il qualifie de « colonialisme ».

Vue des Canaries, et tout particulièrement d’El Dia, l’Espagne, une « nation décadente », a plongé l’archipel « dans la misère du colonialisme espagnol et de sa bêtise politique ». Le message est clair, « nous ne sommes pas un territoire continental uni à l’Espagne comme c’est le cas de la Catalogne ou de la Galice. Nous sommes un archipel côtier africain situé à moins de 100 kilomètres des côtes marocaines et à 1 400 de la Péninsule. Sans oublier qu’entre les Canaries et la capitale de la métropole il y a 2 000 kilomètres » écrit le journal.

L’Afrique et rien d’autre

« Nous sommes en Afrique et nous ne figurons pas dans l’organisation administrative de Rabat », précise le quotidien, « mais seulement pour le moment ». L’écriture ferme, El Dia rappelle que les Canaries se trouvent dans les eaux marocaines et qu’à n’importe quel moment « le gouvernement marocain peut annexer » l’archipel. Il rappelle l’épreuve du Sahara, lorsque les Espagnols ont dû l’abandonner et prédit le même avenir pour les Iles Canaries. Ce jour-là, les Espagnols s’enfuiront « sans jeter un regard derrière eux ». Et d’après El Dia, « l’Espagne ne fera rien car ce sera le droit international qui va s’imposer pour protéger le Maroc ».

En guise de conclusion, qui sonne comme un désaveu pour Madrid, El Dia donne le coup de grâce : « Les Iles Canaries, Sebta et Melillia ainsi que les îlots de la côte nord de l’Afrique sont des territoires appartenant au Maroc et, tôt ou tard, ils se trouveront à l’intérieur de ses frontières car le temps du colonialisme est révolu ».

Sebta : Modification des frontières

Ce n’est un secret pour personne, le royaume chérifien rêve, officiellement, d’un Sebta marocain, d’une Melillia chérifienne et d’iles Canaries alaouites. Mais l’information selon laquelle Rabat est d’accord, sous l’impulsion de Madrid, pour modifier les « structures » de la frontière de Sebta avec le Maroc, non pas pour grappiller un bout de terre, mais pour lutter plus efficacement contre l’immigration clandestine subsaharienne, laisse bouche bée. L’annonce a été faite par Francisco Antonio González, délégué du gouverneur de Sebta, lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 22 janvier, rapporte EFE. Les clandestins seront ainsi confrontés à « plus de difficultés à entrer de nouveau en Espagne ».

Ce consentement du Maroc cache-t-il une version officieuse sur ses aspirations à récupérer ses terres ? D’autant plus que le palais s’était fermement opposé à l’édifice de la barrière qui fait aujourd’hui office de frontière entre Sebta et le Maroc. Comment peut-il aujourd’hui accepter de modifier ses frontières alors même qu’il s’y oppose ?

Le gouvernement marocain n’a pas encore fait d’annonce officielle. Mais d’après Gonzalez, l’initiative a été prise en coordination avec Rabat. En bref, Madrid pilote le chantier et Rabat observent les travaux.


lire aussi
En logique aristotélicienne, on peut présenter les faits par un syllogisme : Sebta et Mellilia (Ceuta et Melilla) sont en Afrique. Or, l’Espagne n’est pas en Afrique. Donc Sebta et Mellilia ne sont...

Le Maroc vient de donner le coup d’envoi de la deuxième interconnexion sous-marine avec l’Espagne. Elle sera opérationnelle en décembre 2005 et permettra de doubler la capacité physique du transit...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles