25 mai 2018 / Mis à jour à 04:31 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Belgique - Maroc - Coopération - Politique
Maroc, CEDEAO : Didier Reynders encourage le roi Mohammed VI
Le Vice-premier ministre belge, Didier Reynders

Le Vice-premier ministre belge, Didier Reynders, encourage le roi du Maroc Mohammed VI dans sa ferme volonté d’intégrer la Communauté Economique Des Etats d’Afrique de l’Ouest.

Alors qu’il effectue une visite de travail au Maroc à partir de ce mercredi 24 janvier 2018, le Vice-premier ministre belge, Didier Reynders, encourage le roi du Maroc Mohammed VI dans sa ferme volonté d’intégrer la Communauté Economique Des Etats d’Afrique de l’Ouest.

Didier Reynders, qui a souligné que les relations entre les deux royaumes sont excellentes, notant que le Maroc « compte indéniablement parmi nos partenaires les plus importants », a indiqué que « bien que l’accent soit parfois mis par les médias sur la coopération sécuritaire du fait de la menace terroriste qui frappe nos deux pays, nos relations revêtent avant tout une dimension humaine tout à fait particulière étant donné l’importance de la communauté d’origine marocaine en Belgique », note Atlasinfo.

Le Vice-premier ministre belge a souligné que le Maroc et la Belgique sont des partenaires importants sur ce plan, la Belgique étant le 8ème fournisseur du Maroc et son 9ème client. Pour Didier Reynders « la position du Maroc en tant que porte d’entrée en Afrique, encore renforcée par son rapprochement à la CEDEAO, intéresse les entreprises belges, tout comme la position stratégique de la Belgique au cœur de l’Europe offre des opportunités aux entreprises marocaines ».

« Je pense que nous devons encourager les partenariats économiques mutuellement bénéfiques entre groupes marocains et belges, ainsi que les coopérations triangulaires avec d’autres partenaires africains », a estimé M. Reynders, encourageant ainsi le roi du Maroc, qui a formulé une demande d’adhésion à la CEDEAO. Laquelle demande est à l’étude au niveau de l’institution panafricaine. Pour lui, « l’implantation du Maroc en Afrique et la connaissance de terrain des opérateurs marocains en font d’excellents et parfois même indispensables partenaires sur les marchés africains. Mais cette coopération dite triangulaire peut également être de nature plus politique ».

Didier Reynders a en outre indiqué que « l’influence grandissante du Maroc en Afrique, et en particulier celle de SM le Roi Mohammed VI sur ses pairs africains, est un facteur reconnu, notamment auprès de dirigeants européens. Dans beaucoup de dossiers nos vues convergent, ce qui donne tout son sens à l’approche triangulaire ».



à la une



afrik-foot