18 septembre 2014 / Mis à jour à 10:55 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
International - Pan Afrique - Développement - Investissement - Mondialisation - Pauvreté - Consommation
Marc Zuckerberg veut une Afrique connectée

Le créateur de Facebook, Marc Zuckerberg, s’est lancé un nouveau pari, celui de connecter le continent africain. Le projet Internet.org lancé par Facebook vise à offrir à l’Afrique et aux pays en voie de développement une connexion internet de qualité et moins cher. Une priorité affichée par ce géant du web.

Le fondateur de Facebook a affiché une nouvelle ambition qui plaît beaucoup aux pays émergents, dont l’Afrique. Il a fait savoir qu’avec la saturation des marchés européens et occidentaux, l’Afrique s’impose comme un client potentiel pour ses services. Pour cela, il imagine un continent africain connecté à bloc sur internet. « Si vous pouvez vous offrir un téléphone, je pense qu’il est bon pour vous également d’avoir accès à internet », a souligné le jeune patron du réseau social le plus prisé en Afrique.

Les Africains amoureux de la technologie, pourtant…

En effet, l’Afrique est un continent d’avenir, notamment dans le domaine de la technologie. Selon les estimations, il y aura 600 millions d’abonnés mobiles d’ici 2016 sur tout le continent. Pour cela, Mark Zuckerberg rêve de connecter tout ce monde, et encore. Le projet Internet.org, vise à élargir une forte potentialité du réseau internet dans le monde émergent. Il cible cinq milliards de personnes sur les sept milliards que compte le monde entier. Pour y parvenir, il faudra réduire le coût des services internet de base, mais aussi sur les téléphones mobiles dans les pays pauvre et ceux en voie de développement. « Il y a de gros freins dans les pays en voie de développement pour se connecter et rejoindre l’économie du savoir. Internet.org est un partenariat global destiné à rendre internet accessible à ceux qui ne peuvent pas se l’offrir », a ajouté le père de Facebook.

Facebook soutenu par certains géants de la téléphonie

« Les pays en voie de développement représentent la plus grande opportunité d’obtenir de nouveaux clients, si les entreprises trouvent les moyens de mettre ces gens en ligne, à bas prix ». Certains grands noms de la téléphonie n’ont pas attendu longtemps pour réagir. Nokia offre déjà un accès gratuit à Facebook via Telcel, un opérateur de la téléphonie. Un autre opérateur indien s’est lancé dans la concurrence, en proposant via Bharti Airtel une offre de communication.

A qui profite Internet.org ?

Cette opération séduction lancée par Facebook serait tout d’abord au profit des consommateurs. « Nous pensons que c’est bon pour la planète, pas vraiment pour nos profits », a déclaré le patron du réseau social. Ce qui est démenti par Trip Chowdhry, analyste de Global Equities Research, qui accuse Facebook de ne pas privilégier l’urgence. Pour lui, rendre service à l’Afrique et aux pays en voie de développement serait d’investir dans l’électricité. « Beaucoup de régions pauvres n’ont accès à l’électricité que trois à quatre heures par jour. Et vous pensez qu’ils vont en profiter pour aller sur Facebook ? » En tout cas l’un ne va pas sans l’autre.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers