29 mai 2017 / Mis à jour à 03:32 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Mali - Crime et banditisme
Mali : un couple vivant en concubinage lapidé
Un couple non marié a été condamné à mort et lapidé en public par des islamistes dans dans la région de Kidal, au nord-est du Mali.

Pour la première fois depuis 2012 au Mali, un couple qui vivait en concubinage a été condamné à mort et lapidé en public mardi à Taghlit, près d’Aguelhok, dans la région de Kidal, au nord-est du Mali a annoncé ce mercredi un fonctionnaire local. « Les islamistes ont creusé deux trous où ils ont placé l’homme et la femme qui ont vécu maritalement sans être mariés », a déclaré le responsable. « Ils ont été lapidés à mort. »

Une source rapporte que les membres du public étaient invités à participer à l’exécution publique ajoutant : « Quatre personnes ont jeté des pierres jusqu’à leur mort. »

Un autre responsable local a confirmé l’information à l’AFP, affirmant que les islamistes avaient accusé les non-mariés de violer la « loi islamique » - qui exige des punitions par lapidation.

Dans les villes qu’ils contrôlent, les groupes islamistes et djihadistes ont imposé une version de la charia qui oblige les femmes à porter des voiles et à punir par le le fouet et la lapidation les transgressions.

C’est néanmoins la première lapidation publique connue au Mali depuis juillet 2012, lorsque le groupe Ansar Dine avait lapidé un couple en public à Aguelhok, près de la vaste frontière nord de l’Afrique de l’Ouest avec l’Algérie, pour avoir eu des enfants hors du mariage. "Nous n’avons à répondre à personne sur l’application de la charia", avait alors déclaré Ansar Dine.



à la une




communiqués

afrik-foot