21 mai 2018 / Mis à jour à 18:59 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Pan Afrique - Entreprise - Femmes
Les femmes africaines entrepreneuses toujours considérées comme des citoyennes de seconde classe

L’Afrique acquiert une réputation enviable en tant que leader mondial de l’entrepreneuriat féminin. L’année dernière, MasterCard a publié son index des femmes entrepreneurs en grande pompe. L’Ouganda et le Botswana sont en tête de liste, ce qui a renforcé les croyances selon lesquels les femmes se lèvent au-dessus des circonstances défavorables pour créer des entreprises qui stimuleront le moteur de la croissance en Afrique subsaharienne. Pourtant relève le Guardian dans une enquête, le sexisme et l’inégalité restent la norme dans la plupart des pays d’Afrique.

La belle histoire de la réussite exceptionnelle des femmes africaines cheffe d’entreprises, aussi satisfaisante soit-elle, est au mieux incomplète et au pire totalement fausse.

La capacité des femmes à créer et à diriger des entreprises qui conduiront la croissance africaine au prochain siècle est énorme, mais la capacité des femmes à exploiter ce potentiel est fortement limitée par le manque d’accès aux services de soutien, au parrainage des chefs d’entreprise et aux chaînes d’approvisionnement. Le sexisme est omniprésent et les inégalités structurelles ont créé une dichotomie troublante - la glorification des artisans et des fermiers africains qui sont des femmes, mais peu de véritable intérêt à soutenir des femmes leaders de l’industrie explique The Guardian.

Beaucoup de femmes africaines travaillent dans des secteurs traditionnels tels que l’alimentation et les cosmétiques, mais les barrières à l’entrée sont trop élevées pour qu’elles puissent passer des entreprises de subsistance à des entreprises transformatrices. Au Nigeria, pour obtenir l’autorisation de fabriquer des produits alimentaires et de beauté, il faut obtenir une licence coûteuse auprès de l’Agence nationale de contrôle des aliments et des médicaments. Étant donné que les femmes sont plus susceptibles d’être pauvres, qu’elles sont plus susceptibles d’être les principales dispensatrices de soins et qu’elles sont moins susceptibles d’être éduquées, elles manquent souvent de temps et de ressources pour surmonter ces obstacles bureaucratiques.

Pour exploiter le potentiel des femmes entrepreneurs, l’agrégation des services de soutien aux entreprises et des infrastructures est essentielle. Cette approche a déjà fait ses preuves en Afrique. Quatre femmes d’affaires sur cinq mises en lumière par le Forum économique mondial mentionnent la mise en commun des ressources et le partage des meilleures pratiques parmi les bases, ce qui est essentiel à leur succès et au cœur de leur travail. Alors que les centres technologiques et les laboratoires d’innovation comme l’École panafricaine de technologie Meltwater (Mest) et Impact Hub ont apporté leur soutien en mettant en commun leurs ressources, ils ne peuvent réellement servir que quelques centaines d’entrepreneurs. Un soutien gouvernemental plus robuste est nécessaire pour fournir des ressources à des millions de femmes entrepreneurs dans la région.

Parmi celles qui réussissent à surmonter les obstacles et à mettre leurs produits sur le marché, beaucoup manquent du mentorat et du parrainage qui pourraient les aider à faire passer leur entreprise à un niveau supérieur. Les mentors partagent généralement des conseils tandis que les promoteurs tirent parti des liens ou des finances pour aider une autre personne à réussir. Des études menées partout dans le monde ont toujours démontré que le parrainage fait une différence décisive dans la réussite professionnelle et que les femmes manquent de façon disproportionnée de ce type de soutien. Les femmes africaines qui ont réussi à créer de grandes entreprises citent leurs mentors et leurs sponsors comme étant essentiels à leur ascension.

Certaines barrières restantes sont plus fondamentales et plus systémiques. Les aspirantes femmes entrepreneurs en Afrique n’ont souvent pas accès aux éléments de base nécessaires pour démarrer et développer leurs entreprises - les finances, la propriété foncière et les chaînes d’approvisionnement. En Afrique subsaharienne, les femmes ne représentent que 15% des propriétaires fonciers, une privation de capital qui les retarde d’emblée et nuit à leur capacité de démarrer et de développer une entreprise.

Lire l’enquête complète sur le site de The Guardian



à la une



afrik-foot