20 avril 2014 / Mis à jour à 17:18 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Communiqués

Le vaccin de MSD contre le virus du papillome humain disponible dans les pays en développement en Afrique suite à l’appel d’offres de l’UNICEF

LUCERNE, Suisse, 9 mai 2013/African Press Organization (APO)/ — MSD (http://www.merck.com), connue sous le nom de Merck aux États-Unis et au Canada, a annoncé aujourd’hui que la société a remporté une partie importante de l’appel d’offres de l’UNICEF contre le virus du papillome humain (VPH), et qu’elle assurera un approvisionnement durable du GARDASIL® [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] dans les pays éligibles au soutien de GAVI. Cet accord suit l’annonce faite précédemment par l’Alliance GAVI selon laquelle les vaccins contre le VPH seraient inclus dans son portefeuille pour la première fois. GAVI devrait soutenir l’introduction du vaccin contre le VPH dans 28 pays d’ici à la fin de 2017.

Logo MSD : http://www.photos.apo-opa.com/plog-...

Ayant remporté cet appel d’offres initial, MSD espère distribuer environ 2,4 millions de doses du GARDASIL dans les pays éligibles au soutien de GAVI entre 2013 et 2017 afin d’aider à répondre à la demande de vaccins dans les pays déjà approuvés ou recommandés pour approbation par GAVI pour des projets de démonstration et des introductions nationales du vaccin contre le VPH. Au fur et à mesure que la demande de vaccins augmentera, il est prévu qu’UNICEF décerne des attributions supplémentaires.

« Il est essentiel que toutes les jeunes filles du monde entier aient accès aux vaccins contre le VPH. La décision prise aujourd’hui par l’UNICEF marque une avancée importante », a déclaré Henrik Secher, directeur général de MSD Afrique. « Ce partenariat illustre l’engagement de MSD à travailler étroitement avec GAVI pour assurer un accès étendu et durable au GARDASIL dans les pays les plus pauvres du monde, où le fardeau des maladies associées au VPH, telles que le cancer du col de l’utérus, est le plus lourd. »

Suite à un rapport publié en 2009, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé qu’une vaccination systématique contre le VPH soit incluse dans les programmes nationaux de vaccination pour aider à prévenir le cancer du col de l’utérus et d’autres maladies liées au VPH. On estime qu’environ 500 000 femmes développent un cancer du col de l’utérus chaque année dans le monde, 85 % des cas survenant dans les pays en développement. Le cancer du col de l’utérus est le troisième type de cancer le plus répandu chez les femmes dans le monde. Les types 16 et 18 de VPH à haut risque sont responsables de près de 75 % des cancers du col de l’utérus, de 70 % des cancers du vagin, de 40 à 50 % des cancers de la vulve et de 80 % des cancers de l’anus.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Merck Sharp & Dohme Corp., une filiale de Merck & Co., Inc.

Contacts pour les médias :

Pamela Eisele

+1 (908) 423-5042

pamela.eisele@merck.com

Imraan Munshi

+1 (215) 652-0059

imraan.munshi@merck.com

Contact dans la région EEMOA :

Antonia Lang

+43 664 523 69 18

antonia.lang@merck.com

Informations importantes à propos du GARDASIL

GARDASIL [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] est indiqué chez les femmes âgées de 9 à 26 ans* pour la prévention des cancers de l’utérus, de la vulve et du vagin, des lésions précancéreuses ou dysplasiques, des verrues génitales et des infections persistantes causées par le virus du papillome humain (VPH) de types 6, 11, 16 et 18 (qui sont inclus dans le vaccin).

GARDASIL est indiqué chez les hommes âgés entre 9 et 15 ans pour la prévention des infections causées par le virus du papillome humain (VPH) de types 6, 11, 16 et 18 (qui sont inclus dans le vaccin).

*Des études d’immunogénicité ont été réalisées pour démontrer l’efficacité du vaccin chez les populations plus jeunes à partir de son efficacité chez les femmes âgées de 16 à 26 ans.

Comme tout vaccin, la vaccination avec GARDASIL peut ne pas assurer la protection de toutes les personnes vaccinées. Ce vaccin n’est pas conçu pour le traitement des lésions génitales externes actives ; des cancers du col de l’utérus, de la vulve ou du vagin ; des CIN, des VIN ou des VaIN liés aux types de VPH du vaccin ou aux sérotypes non contenus dans le vaccin.

Ce vaccin ne protège pas contre les maladies qui ne sont pas causées par le VPH. Le vaccin ne dispense pas du dépistage et de l’identification systématiques du cancer du col de l’utérus et de l’ablation des lésions cervicales.

Comme pour tout autre vaccin injectable, un traitement médical adéquat devrait toujours se trouver à disposition pour faire face aux rares cas de réaction anaphylactique pouvant survenir après l’administration du vaccin.

Informations sélectionnées concernant l’innocuité du GARDASIL

GARDASIL est contre-indiqué chez les individus souffrant d’hypersensibilité, y compris de réactions allergiques graves à la levure, ou d’allergie à une administration antérieure d’une dose du GARDASIL.

Parce que les personnes vaccinées peuvent souffrir d’évanouissements, pouvant parfois entraîner des chutes et des blessures, il est recommandé de garder le patient sous surveillance pendant 15 minutes après l’administration du vaccin. Des évanouissements, parfois associés à des crises tonico-cloniques et autres mouvements de convulsion, ont été signalés après la vaccination avec GARDASIL. Lorsque l’évanouissement est associé à des mouvements tonico-cloniques, cette activité est habituellement transitoire et répond en général au rétablissement du flux sanguin cérébral.

L’administration du GARDASIL est déconseillée chez les femmes enceintes.

L’effet indésirable le plus fréquemment signalé était les maux de tête. Les effets indésirables fréquents qui ont été observés parmi les personnes vaccinées au GARDASIL [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] à une fréquence d’au moins 1,0 % et supérieure à ceux des personnes ayant reçu le placebo étaient : la fièvre, des nausées, des étourdissements ; une douleur au point d’injection, un gonflement, des ecchymoses, des démangeaisons et des hématomes.

Dosage et administration du GARDASIL

GARDASIL est un vaccin intramusculaire en trois doses et prêt à l’emploi. GARDASIL doit être administré en trois injections intramusculaires distinctes dans la région deltoïdienne de la partie supérieure du bras ou dans la région antérolatérale supérieure de la cuisse. Le schéma posologique suivant est recommandé : la première dose à la date choisie, la seconde dose deux mois après la première dose et la troisième dose six mois après la première.

À propos du GARDASIL

L’utilisation du GARDASIL est approuvée dans plus de 125 pays. À ce jour, plus de

111 millions de doses ont été distribuées dans le monde. Cependant, on ne sait pas combien ont été administrées.

Autres mesures mises en place par MSD pour faciliter l’accès au GARDASIL dans les pays en développement

Afin de faciliter l’accès au GARDASIL dans les pays en développement, MSD adopte une approche systématique et réfléchie autour de quatre piliers majeurs : l’innovation, le partenariat, le prix et la mise en œuvre. Les efforts majeurs incluent :

• En septembre 2012, MSD a annoncé son intention de donner 460 000 doses du GARDASIL sur une période de deux ans à la République d’Ouganda, afin d’aider le ministère de la Santé à lancer un programme de vaccination contre le VPH dans 12 régions du pays. Ce programme représente la première phase du plan national de déploiement de l’Ouganda pour la vaccination contre le VPH ;

• En avril 2011, le Gouvernement du Rwanda, MSD et QIAGEN ont lancé un programme global de prévention du cancer du col de l’utérus au Rwanda intégrant le dépistage du VPH et la vaccination contre le VPH, le premier programme de ce genre en Afrique. Au cours de sa première année, une estimation de 93 % des filles de 12 à 15 ans répondant aux conditions d’éligibilité au Rwanda ont reçu les trois doses du vaccin GARDASIL ;

• En 2010, MSD s’est associée au Gouvernement royal du Bhoutan et à la Fondation australienne de lutte contre le cancer du col de l’utérus pour lancer un programme national de vaccination au GARDASIL sur six ans, destiné aux jeunes filles et jeunes femmes du Bhoutan âgées de 12 à 18 ans. La première année, GARDASIL a été fourni gratuitement par MSD à ses partenaires et pendant les cinq années restantes, il est vendu à un prix accessible dont MSD ne tirera pas de bénéfices ;

• En 2009, MSD a également annoncé un partenariat avec QIAGEN N.V. visant à accroître l’accès au vaccin contre le VPH et à l’analyse ADN de ce virus dans certaines des régions disposant des plus faibles ressources au monde. Pour la première fois, avec cette initiative, une société fabriquant des vaccins et spécialisée dans le diagnostic moléculaire participe à la prise en charge du fléau que représente le cancer du col de l’utérus en adoptant une démarche globale ;

• MSD a également donné un million de doses du GARDASIL par le biais du Programme d’accès au GARDASIL, qui a été créé en 2007 pour permettre aux organisations et aux institutions des pays éligibles à faible revenu d’acquérir une expérience opérationnelle dans la conception et le déploiement de projets de vaccination contre le VPH.

À propos de MSD

MSD (http://www.merck.com) est aujourd’hui un leader mondial des soins de santé qui œuvre pour le bien-être du monde. MSD est connue sous le nom de Merck aux États-Unis et au Canada. À travers nos médicaments vendus sur ordonnance, nos vaccins, nos thérapies biologiques et nos produits de santé destinés aux individus et aux animaux, nous travaillons avec nos clients dans plus de 140 pays à travers le monde pour apporter des solutions innovantes dans le domaine de la santé. Nous montrons également notre engagement pour accroître l’accès aux soins de santé par des politiques, programmes et partenariats de grande envergure. Pour tout complément d’information, veuillez consulter le site http://www.merck.com et nous rejoindre sur Twitter, Facebook et YouTube.

Énoncés prospectifs de MSD

Le présent communiqué de presse comporte des « énoncés prospectifs » au sens des dispositions Safe Harbor du Private Securities Litigation Reform Act de 1995 aux États-Unis. Ces énoncés se basent sur les croyances et attentes actuelles de la direction de MSD et comprennent des risques et incertitudes importants. Rien ne garantit que tout futur produit recevra les approbations réglementaires requises ou qu’il sera commercialement rentable. Si les hypothèses sous-jacentes s’avèrent inexactes ou si les risques ou incertitudes se matérialisent, les résultats réels peuvent présenter un écart important avec ceux indiqués dans les énoncés prospectifs.

Les risques et incertitudes incluent, mais sans s’y limiter, les conditions générales de l’industrie et la concurrence ; les facteurs économiques généraux, dont les variations des taux d’intérêt et des taux de change ; l’impact de la régulation de l’industrie pharmaceutique et de la législation en matière de soins de santé aux États-Unis et dans le monde ; les tendances globales en matière de maîtrise des dépenses de santé ; les progrès technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par les concurrents ; les défis inhérents au développement de nouveaux produits, dont l’obtention de l’approbation réglementaire ; la capacité de MSD à prévoir avec précision les futures conditions du marché ; les difficultés ou délais de fabrication ; l’instabilité financière des économies internationales et le risque souverain ; la dépendance de l’efficacité des brevets de MSD et d’autres protections destinées aux produits novateurs ; et l’exposition aux contentieux, notamment ceux portant sur les brevets, et/ou les mesures de réglementation.

MSD n’est aucunement tenue de publier des mises à jour d’un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou de tout autre élément. Les facteurs supplémentaires susceptibles d’entraîner des résultats considérablement différents de ceux décrits dans les énoncés prospectifs figurent dans le Rapport annuel 2012 de MSD sur le formulaire 10-K et dans les autres documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), disponibles sur le site Web de la SEC (http://www.sec.gov).

Veuillez consulter les renseignements posologiques du GARDASIL® à l’adresse http://www.merck.com/product/usa/pi... et les informations relatives au brevet du GARDASIL à l’adresse

http://www.merck.com/product/usa/pi....


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers