23 mai 2018 / Mis à jour à 17:37 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Chine - France - Tunisie - Union Européenne - Commerce
La Tunisie point central de la nouvelle Route de la Soie chinoise

La cinquième édition du forum "Tunisie-Chine : un partenariat pour l’avenir", s’est ouvert le 7 juillet 2017 à Tunis. La Tunisie et la Chine ont signé ce vendredi trois accords pour stimuler la coopération commerciale entre les deux pays pendant le forum. La Tunisie sera un axe majeur de la nouvelle route de la Soie entre la Chine et l’Europe, l’initiative "la ceinture et la route".

La cinquième édition de « La Tunisie - Chine : un partenariat pour l’avenir » a permis vendredi 7 juillet 2017 la signature par les deux pays de trois accords dans les domaines du commerce, de la technologie et des finances. Ces trois conventions portent entre autres sur le financement pour de 65 millions de USD et la construction du méga-projet de centre commercial "Tunisian African Mall" qui couvrira une superficie de 200.000 mètres carrés.

Les chemins de la Tunisie pour relancer l’économie sont clairs : les réformes économiques et la promotion de la croissance, ce qui contribuerait à consolider les partenariats existants et à en établir davantage.a déclaré Ahmed Bouzguenda, président de l’Institut arabe des chefs d’entreprise (IACE) et l’organisateur du forum.

Traditionnellement soutenu par les investissements et les exportations, l’économie chinoise est en période de transition avec plus d’attention aux services et à l’initiative la ceinture et la route, a déclaré Bouzguenda.

L’initiative Belt and Road, qui correspond à une Route de la Soie du 21ème siècle, a été soulevée par le président chinois Xi Jinping en 2013, dans le but de construire un réseau commercial et d’infrastructure reliant l’Asie à l’Europe et à l’Afrique le long des anciennes routes de la Soie.

"La Tunisie pourrait, en ce sens, trouver sa place sur cet axe en raison de sa position géographique et commerciale avec l’Europe et de son ouverture sur l’Afrique", a déclaré Bouzguenda.

Le ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale Mohamed Fadhel Abdelkefi a déclaré à l’Agence chinoise Xinhua que la Belt and Road offre une opportunité pour la Tunisie : "Nous espérons que ce sera la même chose pour la Chine, car la Tunisie peut offrir aux entreprises chinoises une plate-forme (avec des forces de l’emploi)", a-t-il déclaré. "Les investissements chinois pourront stimuler la croissance économique de la Tunisie. Nous sommes confrontés à deux guerres : l’une est contre le terrorisme et l’autre est une guerre purement économique", a déclaré Abdelkefi.

Selon l’ancien Premier Ministre français Jean-Pierre Raffarin qui était présent, la Tunisie est un pays "profondément connecté à nombreuses cultures, très enraciné mais très ouvert"."La Chine, qui ambitionne d’avoir une connectivité africo-asiatique, a tout l’intérêt à faire de la Tunisie un pays de médiation voire même un allié stratégique majeur", "Force sera de partager des investissements, des laboratoires de recherche et de l’innovation, la Chine tout comme la Tunisie ont misé sur le choix de l’éducation et de l’intelligence", a commenté l’ancien Premier ministre français. .

Voir le site de l’initiative la ceinture et la route



à la une



afrik-foot