21 août 2017 / Mis à jour à 04:48 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Côte d’Ivoire - Pan Afrique - Agro-alimentaire - Famine - Pauvreté
La Côte d’Ivoire s’engage pour la lutte contre la faim
Le ministre ivoirien de l’Agriculture, Coulibaly Sangafowa

Un atelier de deux jours s’est ouvert, ce lundi, en Côte d’Ivoire afin d’améliorer la résistance des populations aux différents cycles de « faim et de malnutrition ». Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’Alliance globale pour l’initiative résilience (AGIR) au Sahel et en Afrique de l’Ouest qui a pour objectif l’éradication de la fin en 2020.

C’est la ville de Grand-Bassam, au sud-est de la Côte d’Ivoire, qui accueille, ce lundi, cet atelier de deux jours. Il a pour objectif la rencontre de tous les acteurs concernés par le problème de la faim dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest. L’émergence de solutions communes, aux membres de l’Alliance globale pour l’initiative résilience (AGIR) au Sahel et en Afrique de l’Ouest, est aussi au centre des préoccupations.

Le ministre ivoirien de l’Agriculture, Coulibaly Sangafowa, recommande la mise en place nécessaire d’une « plate-forme de dialogue inclusif multi-acteurs » ainsi que des structures permettant la concertation avec la population pour aboutir à la « formulation de résilience ». Autrement dit, trouver et formuler des manières de résister au problème de la faim sont au cœur des préoccupations de l’Alliance.

Améliorer la « résilience » des peuples

Cette organisation, lancée à Ouagadougou au Burkina Faso, le 6 décembre 2012, est un moyen « non seulement de s’attaquer aux causes conjoncturelles mais surtout structurelles des crises alimentaires et nutritionnelles afin de mettre définitivement fin aux cycles de la faim et de la malnutrition », a révélé Coulibaly Sangafowa, selon l’agence de presse Xinhua.

Améliorer la « résilience » des peuples à travers « leur capacité à faire face à l’incertitude et au risque de choc, à résister au choc, à répondre efficacement, à récupérer et à s’adapter de manière durable », tel est le programme de l’Agrip, présenté par le commissaire chargé du Département de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eaux de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Lapodini Marc Atouga.

L’Agrip rassemble 17 pays de la l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.



lire aussi
Le contraste est effrayant. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), 842 millions de personnes souffrent aujourd’hui de la faim dans le monde, tandis que, un...

Un sujet sensible et complexe. Pourtant, l’eau devrait être une ressource ouverte à tous sans distinction aucune. Il s’agit d’un droit naturel aux populations et d’un devoir pour les responsables...


à la une




communiqués

afrik-foot