21 janvier 2018 / Mis à jour à 21:30 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Côte d’Ivoire - Littérature - Humour - sport
La Chronique de Kone Kobali : « kolonisation » de la FIF et/ou du foot !

Lorsque des acteurs talentueux du foot contemporain émettent des analyses convergentes sur la gestion de la chose footballistique et la qualité de jeu développée par la génération actuelle, les passionnés des gradins comme nous autres, se doivent de ne rien rater...

Après les sorties en 2017 de Didier et de Gnégnéry que je juge très structurantes, cela ne fait pas oublier que dans un passé récent, une certaine légende populaire persistait à dire, que ces deux garçons étaient sur le front de l’attaque, les fers de lance d’une acrimonie à la cape noire.

En d’autres termes, Drogba et Touré Habib dirigeaient chacun de son côté avec brio, un clan. Devant l’urgence, ces deux icônes du foot ivoirien et mondial, tiennent un discours de nature à créer les conditions de l’émergence d’un tandem gagnant.

L’un, pour rechausser ces crampons d’or et l’autre, pour se poster résolument derrière la barre de la fédé. Chasser un entraineur (Marc Wilmots) pour incompétence alors qu’on a été soi-même incapable de conserver (Hervé Renard) celui qui a fait les preuves de sa compétence malgré l’insistance des joueurs, me laisse perplexe et sans voix.

Que les pratiquants du foot prennent le destin de ce sport chez nous, l’idée ne peut que me séduire et quoi de plus normal, après cette longue confiscation orchestrée par de simples passionnés éclairés !

La terre aux terriens, le foot aux footballeurs. L’expérience en vaut la peine !

Bonne année 2018 !



à la une




communiqués

afrik-foot