Afrique du Sud - Cameroun
La CAN 2013 dans l’indifférence au Cameroun
A quelques jours du début de la grand messe du football africain, la fièvre qui gagne progressivement les autres capitales africaines n’affecte pas du tout les Camerounais. Dans les rues de Yaoundé, tous vaquent sans disposition particulière à leurs occupations, sans grand enthousiasme pour la CAN 2013. Explications.

(De notre correspondant à Yaoundé)
Les véhicules, les buvettes et le centre ville habitués à se parer aux couleurs nationales n’ont rien revêtu de particulier pour célébrer ce grand rassemblement sportif annoncé qu’est la CAN 2013. Pire, aucune bande annonce de la compétition n’est diffusée dans les médias pour informer les Camerounais sur les nombreux jeux souvent organisés par les opérateurs de téléphonie mobile pendant la Coupe d’Afrique des nations. Vis à vis du tournoi continental, on note une indifférence totale dans les cités camerounaises.

"Même l’année dernière, bien que ne participant pas à la CAN, la ville vibrait quand même à travers nos voisins gabonais et équato-guinéens", fait savoir, nostalgique, un supporter des Lions Indomptables dans les artères de Yaoundé. Ngando Picket, la mascotte de la sélection nationale avait même fait le déplacement de Libreville pour supporter les Panthères. La raison de cette indifférence n’est autre que la non participation pour la deuxième fois consécutive des Lions Indomptables à une phase finale de la CAN. Le 13 octobre 2012 l’équipe de football camerounaise a vu tous ses rêves de qualification partir en fumée après s’être inclinée face au Cap vert.

Une intervention de l’Etat pour la diffusion des matchs

Mais en dépit de ce faible intérêt, la chaîne publique camerounaise Cameroon Radio and Television voudrait permettre aux Camerounais de vivre les rencontres sportives sur leurs petits écrans. Une somme de 400 millions de francs cfa (environ 609 796 euros), a ainsi été déboursée pour permettre à la CRTV de retransmettre en direct les matchs. Si l’on note l’intervention de l’Etat pour permettre à la télévision nationale de payer les droits de diffusion de la CAN, on peut en déduire que pour les médias privés la pilule est encore plus difficile à avaler quand on sait que ceux-ci joignent difficilement les deux bouts et qu’ils ne bénéficient pas de l’aide l’étatique pour l’achat des droits de diffusion du tournoi.

Sur le plan médiatique, Orange Cameroun, sponsor officiel des Lions Indomptables, a installé dans les instituts français de Douala et de Yaoundé des centres de presse dans lesquels les journalistes camerounais pourront avoir gratuitement et en temps réel les résultats des matchs qu’ils pourront par la suite mettre au service du public. Cependant, malgré toutes ces dispositions rien ne garantit que les amoureux du ballon rond vont suivre la CAN 2013 sur les médias camerounais.


Afrique du Sud



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com