21 mai 2018 / Mis à jour à 18:59 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Cameroun - Canada - Formation
L’Ecole Nationale d’Administration Publique du Québec lance ses activités au Cameroun

Le nouveau ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph LE, a présidé le 23 avril 2018 à Yaoundé, la cérémonie officielle de lancement de la délocalisation des programmes de l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP) du Québec au Cameroun et dans la sous-région Afrique centrale.

Les grandes orientations de cette initiative ont été présentées aux nombreux invités. Pour Nathalie O’Neil, haut-commissaire du Canada au Cameroun, « c’est un excellent exemple d’échanges bénéfiques entre le Cameroun et le Canada, et il est essentiel de se mettre ensemble pour cette offre opportune de formation de qualité qui marque une nouvelle impulsion dans les relations entre nos deux pays  ». Wilfried Gapssa, secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, représentant le ministre empêché, célèbre ce moment d’échanges académique et culturel.

Au moment où le Cameroun est résolument engagé dans la politique de décentralisation, la délocalisation de l’ENAP est une certification de compétence et de performance. Une occasion « de renforcer les capacités de notre administration dans l’optique de l’atteinte des objectifs stratégiques pour la croissance et l’emploi. Le représentant du directeur général de l’ENAP, Mathieu Carrier, a mis l’accent sur l’opportunité de cette délocalisation dans la gestion du domaine public. Tout Etat, a-t-il dit, repose sur une administration compétente et forte. L’administration publique et même privée camerounaise, doit tirer profit de cette initiative pour améliorer la gestion axée sur la performance et les résultats et renforcer leurs compétences. Le tout, sur des cours pratiques adossées sur les réalités locales et nationales tout en restant ouvert sur le monde.

Pour Armand Claude Abanda, le PCA de l’IFTICSUP (Institut supérieur de formation aux métiers des télécommunications de l’innovation technologique, de commerce et de gestion), «  ce partenariat est une opportunité pour nos Etats, devant renforcer les capacités des fonctionnaires pour en faire des leviers de la modernisation de nos administrations ».

À travers un campus de l’établissement universitaire canadien à installer à Yaoundé (capitale du Cameroun), les ressortissants des pays de l’Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo et Tchad) vont suivre des formations canadiennes de haut niveau, sanctionnées par des prestigieux diplômes tels que le Master en administration publique (MAP).



à la une



afrik-foot