16 août 2017 / Mis à jour à 15:52 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Kenya - Election
Kenya : Raila Odinga estime que les résultats de l’élection ont été manipulés informatiquement

Rejetant les résultats intermédiaires, Raila Odinga, candidat de l’opposition pour l’élection présidentielle au Kenya a déclaré que les bases de données ayant servies aux élections avaient été piratées et les résultats manipulés. Le code utilisé serait celui d’un haut responsable de la Commission électorale, retrouvé mort il y a deux jours dans la forêt.

Raila Odinga conteste fermement les résultats des élections qui se sont tenues ce mardi, accusant le pouvoir en place d’avoir manipulés les résultats. Il a déclaré que, selon les estimations de ses équipes dans les centre de dépouillement, il aurait recueilli 8,1 millions de voix contre 7,2 millions au Président sortant, Uhuru Kenyatta.

Lors d’une conférence de presse à Nairobi, Raila Odinga a déclaré que les pirates informatiques utilisaient les informations de connexion de Chris Msando, le responsable des Technologie de l’Information et de la Communication de la Commission électorale indépendante, dont le corps a été retrouvé dans la forêt de Muguga il y a deux semaines, à côté de celui d’une femme.

Raila Odinga a produit des documents qu’il présente comme des preuves de la façon dont et quand la base de données a été piratée,dénonçant la plus grande fraude de l’histoire du Kenya. Le co-responsable de la National Super Alliance (NASA), qui représente l’opposition, Kalonzo Musyoka, a exhorté les Kényans à rester calme. L’avocat principal de la NASA, James Orengo, a déclaré lors de la conférence de presse, que la NASA n’avait reçu pour l’instant qu’un seul formulaire d’authentification des résultats de vote signé.

Dans une conférence de presse qui a été tenue quelques heures après la déclaration de Raila Odinga, le président de l’organisme en charge du vote, Wafula Chebukati, a déclaré que la commission prenait très sérieusement cette affaire, car que cela impliquait les droits de vote de Kényans : « À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas dire si le système a été piraté ou non », a t-il dit, tout en promettant une enquête approfondie. Il a assuré les Kényans que la commission n’avait pas d’urgence à annoncer les résultats avant d’avoir plus de visibilité sur cette histoire.

En réponse à la déclaration de la NASA, le secrétaire général de Jubilee, le parti au pouvoir du Président Uhuru Kenyatta, Raphael Tuju, a accusé la NASA de répandre des rumeurs et lui a demandé de produire des preuves de la fraude électorale. Et, lors d’une conférence de presse, le secrétaire du cabinet intérimaire Fred Matiang a mis en garde les guerriers de clavier des médias sociaux contre la diffusion de rumeurs.



à la une




communiqués

afrik-foot