16 septembre 2014 / Mis à jour à 04:02 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux

Bénin - Art - Artisanat - Portraits - Théâtre
Jude Zounmenou, maître des marionnettes
Les spectacles de marionnettes n’intéressaient pas les Béninois. Mais les choses ont bien changé depuis que Jude Zounmenou a lancé sa compagnie de marionnettistes qui sensibilise aux maux de la société béninoise. Il préside aussi l’association Thakamou qui a pour but de redorer le blason des artistes béninois. Portrait du lauréat du concours Harubuntu.

Jude Zounmenou sait ce qu’il veut. Il ne vous lâche pas d’un regard pour vous convaincre que son idée est la bonne. Il ne recule devant aucune difficulté. Le jeune homme de 30 ans, à la voix grave et posée, donne l’impression qu’il en a 40. Il se définit lui-même comme quelqu’un de « très têtu ». Un entêtement qui lui a permis de créer, en 2009, l’association Thakamou pour promouvoir l’art de la marionnette au Bénin. L’objectif est aussi de redorer le blason des artistes béninois souvent dévalorisés. « Au Bénin, les artistes sont très mal vus. Dès que vous dites que vous êtes artiste, on vous considère comme un raté ».

Pas de théâtre au Bénin

Une image négative qu’il compte bien changer. « Nous les jeunes artistes devons tout faire pour qu’on nous prenne au sérieux ». Mais le gros problème, selon lui, est que l’artiste n’a pas de statut au Bénin. Sans compter que « l’Etat ne nous soutient pas toujours même si un budget d’un milliard de francs CFA est alloué à la culture. Ce qui n’est pas mal. Mais encore faut-il que cet argent soit bien géré et attribué équitablement », déplore-t-il. « Il n’y a aucun moyen pour les comédiens de se former. Aucune école n’existe pour cela. Il n’y a pas non plus de théâtre pour présenter les spectacles. Il y a encore beaucoup de travail pour tout révolutionner. » Mais il n’abandonnera pas. « Il faut être sérieux dans son travail et tout ira bien », aime-t-il dire.

Contrairement à certains de ses compatriotes, il ne badine pas avec l’art. Il est bien décidé à en vivre. Son avenir est pour le moment assuré. Le jeune Béninois n’a pas eu peur de créer sa propre compagnie de marionnettistes. Elle vit à l’aide de son association qui a reçu le soutien de la Fondation Suisse du Bénin et de l’Union européenne. Sa troupe est d’ailleurs la seule qui existe dans le pays. Mais les comédiens ne montent pas sur scène uniquement pour amuser la galerie, tient-il à préciser : « L’objectif est avant tout de sensibiliser la population sur les différents maux de la société béninoise. Comme le sida, la malnutrition des enfants etc… » Des thèmes traités sans tabou. « Les marionnettes permettent de parler de tout en auto-dérision ».

Susciter des vocations

A travers ses représentations, Jude veut aussi susciter des vocations. Il a déjà formé douze jeunes qui ont appris à fabriquer et utiliser les marionnettes. « Nous avons sélectionné six d’entre eux pour participer à un spectacle sur les discriminations à l’encontre des handicapés. Au Bénin, il n’accède pas à la fonction publique alors qu’ils sont parfois très diplômés. Ce n’est pas normal ! », s’insurge-t-il.

Le marionnettiste a fait du chemin. Son projet a aussi donné naissance au Teni Tedji, le Festival international des arts de la marionnette. Il se tient une fois par an. Durant plusieurs jours, sa compagnie parcourt le Bénin pour se représenter sur scène ou dans la rue. Ce festival est très important pour Jude et son équipe car il donne de la visibilité à leur art. « En 2013, nous allons monter un spectacle sur l’état civil. Au Bénin, des milliers d’enfants naissent sans avoir d’état civil. Parfois des personnes meurent. On les enterre. Puis c’est tout. Les familles ne présentent même pas l’acte de décès à l’état civil. Nous devons informer les Béninois que c’est un document très important ».

Un parcours compliqué

Le jeune béninois a réussi à vivre de son art. Mais non sans embûches. Aîné d’une fratrie de quatre garçons, tout reposait sur ses épaules. Pour ses proches, il était donc hors de question qu’il devienne artiste. La confrontation a été violente. Sa grand-mère, qui l’a élevé, l’a sommé d’abandonner son projet. Voyant que son petit-fils ne céderait pas, elle l’a rejeté. « Elle m’a dit, d’un ton ferme : quitte immédiatement cette maison ! Je suis parti. Mais elle voulait en réalité juste me faire peur. Elle m’a cherché partout dans la ville. Et au bout de 23 jours, elle m’a retrouvé et ramené à la maison ». L’anecdote le fait encore rire aujourd’hui. « Ma famille avait peur que je finisse mal comme la plupart des artistes au Bénin. Mais aujourd’hui ils sont fiers de moi. J’arrive à vivre de mon travail. ».

Jude ne regrette pas son choix. Lui, qui a dû faire une croix sur ses études pour se consacrer entièrement à ce qu’il aime. Eduquer. Quand il y réfléchit, c’est ce qu’il a toujours voulu faire. D’ailleurs, il est aussi conteur, souligne-t-il. « Je vais de temps en temps dans les écoles pour narrer des contes. Le but est toujours de délivrer un message. » C’est aussi exactement ce qu’il fait à travers ses spectacles de marionnettes. Il est également très fier de se produire avec son équipe dans les orphelinats ou prisons pour redonner le sourire aux plus démunis. Il espère qu’il y aura d’autres compagnies comme la sienne au Bénin car « je n’arriverai pas seul à promouvoir cet art. Surtout que les Béninois aiment de plus en plus les spectacles de marionnettes. Ils en redemandent même ». Quoi qu’il en soit, le maître des marionnettes a réussi à tirer toutes les ficelles de son métier.


dossier
Aux quatre coins de l’Afrique, des femmes et des hommes nous montrent leur voie pour changer le monde. Il existe une Afrique qui réussit, qui relève des défis, qui invente ses propres solutions de développement. En témoignent, partout sur le continent, des femmes et des hommes énergiques, qui se battent pour apporter des solutions concrètes aux besoins de leur communauté. Le prix HARUBUNTU met en lumière chaque année ces Africains ordinaires qui font des choses extraordinaires. Le prix HARUBUNTU a...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles