2 septembre 2014 / Mis à jour à 01:13 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Guinée - Agro-alimentaire - Politique - Pauvreté - Population
Guinée : flambée des prix des denrées alimentaires, la population en colère
Marché de fruits sur la route de Kindia (© etudiantguinee.org)
Comme il est de coutume en Guinée, pendant les périodes de fête, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de façon vertigineuse en pleine période de conjoncture financière. A Conakry, les habitants sont en colère. Reportage.

(De notre correspondant)

Les commerçants se frottent les mains en cette période de fin d’année marquée par les fêtes de noël et du nouvel an. Du grand marché de Madina en passant par celui de Matoto jusqu’à Enta, le constat est le même : les prix des denrées alimentaires et de certains articles grimpent dans les différents marchés de la capitale, Conakry.

« Je ne sais plus comment faire. Ce que j’avais prévu pour faire mes achats ne suffit pas », se plaint Marie-Jeanne, rencontrée dans le grand marché de Madina. « Je suis sortie avec 500 milles francs guinéens (moins de 50 euros), il ne me reste que 50 milles. Alors que je n’ai pas fini de faire mes courses », a indiqué la jeune femme de 30 ans.

« Cette année, je n’ai pas pu offrir un cadeau à mon enfant parce que tout simplement les temps sont durs. Il n’y a pas d’argent », a confié Robert Guilavogui, enseignant. « Je ne sais même pas ce que nous allons manger pendant ces fêtes », a-t-il ajouté.

Deux ans après l’investiture du président Alpha Condé (21 décembre 2010), les guinéens ont vu leur niveau de vie se dégrader. Alors que son élection à la magistrature suprême du pays a suscité beaucoup d’espoir chez le citoyen lambda. « Il nous avait promis beaucoup de choses mais on n’a encore rien vu. Le marché est cher. Il y a plus d’argent comme avant. C’est la conjoncture totale », regrette Laye Condé, mécanicien de motos, domicilié dans la commune de Dixinn.

Augmentation des salaires

Récemment au terme de quatre mois de négociations, gouvernement et syndicat se sont entendus sur 50% d’augmentation de salaire des fonctionnaires, alors que le mouvement syndical guinéen revendiquait 200%. Cette augmentation vise à améliorer les conditions de vie des fonctionnaires guinéens.

« Pour qu’un fonctionnaire guinéen vive normalement, il a besoin au moins de quatre millions de francs guinéens (environs 300 euros) », a fait remarquer Mamadou Mansaré, syndicaliste. Avant d’ajouter que : « Le salaire d’un fonctionnaire ivoirien ou sénégalais peut payer de deux ou trois fonctionnaires guinéens ».


lire aussi
Le verdict dans l’affaire sur la tentative de détournement de 13 milliards de francs guinéens, soit environ 1,5 millions de dollars, est tombé vendredi 1er février au tribunal de première instance de...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles