31 octobre 2014 / Mis à jour à 02:30 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Gabon - Pan Afrique - Emploi - Finance - Radio - Vie des médias
Gabon : ça va mal à Africa n°1
Le personnel de la radio panafricaine, Africa n°1, accuse trois mois d’arriérés de salaire, selon les responsables syndicaux de cette radio, qui sollicitent le soutien du gouvernement gabonais pour sauver ce média.

(De notre correspondant)

Cela fait trois mois que les membres du personnel de la radio panafricaine n’ont pas touché de salaires. Ils ont lancé mardi un appel au gouvernement, afin qu’une solution soit trouvée à ce problème.

« Nous sommes à bout de patience. Maintenant nous estimons qu’il est temps de prendre des décisions dures pour rentrer dans nos droits. Le gouvernement gabonais doit prendre ses responsabilités si la Lybie ne peut plus assumer ses engagements », a déclaré un journaliste de la radio, sous couvert de l’anonymat.

Lybie, actionnaire majoritaire

La société française SOFIRAD qui détenait 40% du capital de la radio panafricaine s’est retirée en 2002. En 2007 la Libye est devenu l’actionnaire majoritaire, mais depuis la mort de Mohammed Kadhafi, Africa n° 1 connaît de sérieux problèmes de fonctionnement liés au manque de financements. Les syndicalistes souhaitent que le gouvernement gabonais rentre en force dans le capital de la radio, en vue de la sortir de la zone de turbulence où elle rentrée depuis plus d’un an.

Africa n°1, première radio panafricaine créée en 1981 a fait pendant plus de 20 ans la fierté du Gabon et du continent, avec plus de 20 millions d’auditeurs. Les émissions comme le « Journal des auditeurs » ou « Triangle » passionnent encore de nombreux Africains qu’ils vivent ou non sur le continent.


Crédits photo : site Africa n°1


lire aussi
Libreville, la capitale gabonaise vit au rythme des coupures d’eau depuis mardi. Dans certains quartiers, on n’a pas vu une goutte de ce précieux liquide depuis 48 heures. C’est la galère...

Le général Ntumpa Lebani incarcéré il y a trois ans pour "tentative d’assassinat et tentative contre la sûreté de l’Etat", pendant la période de transition, a été libéré vendredi, par décision du chef de...

Les autorités de Libreville veulent adopter l’anglais comme 2e langue officielle du pays, après le français. L’adoption du bilinguisme permettra au Gabon de pénétrer dans la sphère anglo-saxonne et de...

Kim Schmitz, baptisé "Kim Dotcom", n’a pas renoncé à lancer un nouveau site pour relancer MegaUpload. Son site Me.ga, géré par le Gabon, vient d’être suspendu par les autorités gabonaises. Ces dernières...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles