22 mai 2018 / Mis à jour à 12:40 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Erythrée - France - Pan Afrique - Soudan - Association - Immigration - Population
France : nouvelles évacuations de campements de migrants à Paris
Campement de migrants à Paris

Deux campements de migrants ont été évacués, ce jeudi, près de la gare d’Austerlitz ainsi que devant la mairie du 18ème arrondissement de Paris. Les deux évacuations se sont faites dans le calme.

Nouvelles évacuations en plein cœur de Paris. En effet, près d’un millier de migrants installés, depuis plusieurs mois, près de la gare d’Auterlitz à Paris, ont été priés de quitter les lieux, ce jeudi 17 septembre 2015, au matin. La seconde évacuation s’est produite sur le parvis de la mairie du 18ème arrondissement de Paris où près de 400 migrants y avaient élus domicile, depuis le 4 septembre dernier.

Les évacuations se sont déroulées dans le plus grand calme. Et pour cause, le 11 septembre dernier, la justice a donné l’autorisation à la mairie de Paris de faire évacuer ces deux camps. Par ailleurs, un recensement a été mené, le 15 septembre dernier, afin de comptabiliser le nombre de migrants présents dans ces deux camps qui se sont formés après le démantèlement du camp de La Chapelle, le 2 juin dernier.

Les équipes de l’Office français de la protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) et de la préfecture de Paris et d’Ile-de-France vont prendre en charge l’intégralité du campement près de la gare d’Austerlitz. Les migrants vont être logés dans près de vingt centre d’hébergements d’urgence à Paris et en Ile-de-France, selon la préfecture de Paris. L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) accompagnera les réfugiés dans leur démarche de régularisation.

La plupart de ces migrants sont originaires du Soudan ou de l’Erythrée. Des associations ont aussi été conviées pour accompagner les migrants et leur expliquer la suite des évènements. Elles redoutent quil n’aient pas assez de places pour les migrants, « on a des inquiétudes car on vient d’apprendre qu’il manquait des places dans certains centres d’hébergement », précise Marc Naelten, membre de RSF. Anne Hidalgo, la Maire de Pairs, avait expliqué, le 11 septembre dernier, que des places ont été constituées pour héberger les migrants délogés.



à la une



afrik-foot