Togo
FIFA : le Togo dans la tourmente
La Fédération togolaise de football (FTF) est dans le viseur de la FIFA. A la suite d’une mission de travail effectuée au Togo par des membres de l’instance qui régit le monde du ballon rond, celle-ci a décidé de couper les vivres à la FTF et de ne pas lui renouveler son aide financière. Une décision motivée par la mauvaise gestion faite des subventions, et surtout l’incapacité des autorités togolaises à justifier les dépenses réalisées. Plus de 400 000 euros se sont ainsi évaporés dans la nature.

Décidément, la Fédération togolaise traverse des semaines bien délicates. Après la récente sortie médiatique d’Emmanuel Adebayor pour exiger des éclaircissements sur les primes qui auraient du être versées à l’équipe après le match amical du 14 novembre face au Maroc, c’est au tour de la FIFA de taper du poing sur la table et de couper les vivres à la FTF. A l’issue d’une mission de travail des membres de la FIFA sur le sol togolais, l’instance a décidé de suspendre son aide à la fédération et ne pas lui verser de subventions pour la saison 2012-2013.

De nombreux soupçons de fraudes

Un choix motivé par la mauvaise gestion des fonds versés à la FTF et à l’incapacité des autorités togolaises à justifier les dépenses réalisées, notamment les 430 000 euros d’aides allouées. Dans un courrier officiel, la FIFA a officialisé sa décision de suspendre son aide et surtout pointé du doigt la présidence de Gabriel Ayémi. "De nombreuses dépenses sans liens avec les objectifs du projet ont été effectuées : prise en charge de frais de l’équipe nationale alors que vous recevez d’autres subventions pour ce faire, vos propres déplacements ainsi que ceux de membres du comité exécutif à l’étranger, frais de télécommunications et d’électricité exorbitants, frais de manutention et d’essence de véhicules personnels ou encore, avances de sommes importantes au personnel de la FTF sans raisons ou justifications appropriées", fait ainsi savoir la FIFA.

Mais les griefs ne s’arrêtent pas là puisqu’il est également reproché à la Fédération togolaise de ne pas avoir versé la totalité des subventions présentées à la FIFA aux clubs des deux premières divisions du championnat local lors de la saison précédente. Des sommes d’argent dont la FTF ne peut à ce jour pas justifier l’utilisation. "Compte tenu de la gravité de nos constats quant à la gestion des fonds du projet, de votre manque de coopération pour l’accès à certaines informations essentielles et de certaines pratiques qui pourraient être interprétées comme contraire au code d’éthique de la FIFA, il nous est difficile d’envisager la suite du financement du projet en l’état", a conclu l’instance dirigeante du football pour officialiser l’arrêt du versement des subventions.

Didier Six incertain, la préparation de la CAN perturbée

Une décision qui fait beaucoup de bruit au pays des Eperviers, mais qui vient surtout donner énormément de poids aux accusations d’Emmanuel Adebayor, qui a d’ailleurs décidé de ne plus répondre aux convocations et renoncé à la CAN 2013. Soutenu dans son choix et ses accusations par plusieurs cadres de l’équipe, dont le gardien Kossi Agassa pour encore le milieu de terrain Jacques-Alaixys Romao, Adebayor en a déséquilibré l’équipe nationale à tel point que même le sélectionneur Didier Six pourrait finir par jeter l’éponge. "Je suis sur un point d’interrogation. Je n’en sais pas plus pour l’instant sur ma décision à moi. Je me donne 48 ou 72 heures pour donner ma réponse. J’attends de voir ce qui va se passer avec d’autres joueurs", confié le technicien dans des propos relayés par L’Equipe.

Dans ce climat délétère, difficile de préparer la Coupe d’Afrique des nations qui arrive à grands pas. Alors que les Epérviers se trouvent déjà dans un groupe D plus que compliqué à négocier avec la Côte d’Ivoire, la Tunisie et l’Algérie, toutes ces affaires qui s’accumulent ne jouent clairement pas en leur faveur. Alors même que Kossi Agassa a confié à Afrik-Foot que "l’équipe compte travailler dans [son] coin pour faire un coup à la CAN", difficile de croire qu’en l’état actuel, la préparation ne soit optimale. Il ne manquerait plus que Didier Six décide de quitter son poste pour que tout s’écroule. Quoiqu’il en soit, avec toutes ces affaires étalées sur la place publique, le football togolais, les dirigeants de la FTF et surtout le président Ayémi n’en sortent pas grandis.


Togo



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com