1er août 2014 / Mis à jour à 00:37 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Algérie - France - Libye - Mali - Maroc - Tunisie - Conflit - Guerre - Politique - Religion - Terrorisme - Manifestation - Conflit social
Etat d’urgence : la Tunisie sous haute tension

Le président tunisien, Moncef Marzouki, a décidé de prolonger d’un mois l’état d’urgence. La situation sécuritaire en Tunisie serait menacée par des présumés groupes armés.

La Tunisie prolonge l’état d’urgence, déclenché depuis la révolution. Le président Moncef Marzouki tire, pour un mois de plus, la sonnette d’alarme. En cause, la situation sécuritaire en Tunisie toujours, semble-t-il, particulièrement instable. Le gouvernement craint un regain d’activité des groupes djihadistes.

Alors que, d’après l’agence TAP, le président Marzouki se concertait ce jeudi avec le Chef du gouvernement provisoire, Hamadi Jebali, et le Président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, sur la décision de prolonger ce décret, près de 3000 policiers manifestaient à Tunis. Ils réclament davantage de moyens pour combattre les groupes djihadistes armés.

Ceux-ci ont investi les rues de la capitale suite à la blessure par balle d’un agent de la garde nationale mercredi 30 janvier, à Kasserine dans le centre de la Tunisie. Un djihadiste, membre présumé de la Katiba Okba Ibn Nafaâ, lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le groupe armé, qui préparait selon les autorités des attaques sur le sol tunisien, a été démantelé en décembre 2012. Mais sur la soixantaine de membres de la Katibat, seule une trentaine a été appréhendée. Une trentaine d’autres courent toujours.

Conflit malien, des retombées régionales

Après les évènements d’In Amenas, où des terroristes ont pris d’assaut le site gazier de Tiguentourine, dans le sud algérien, la Tunisie a depuis une semaine renforcé la surveillance de ses sites pétroliers et gaziers. Elle craint un scénario bis sur son territoire. Les djihadistes tunisiens auraient pour cibles les institutions publiques et affrontent les pays de la région qui soutiennent l’intervention militaire française.

Dans la prise d’otage d’In Amenas, qui a coûté la vie à 37 travailleurs étrangers, des Tunisiens se trouvaient, selon le gouvernement algérien, parmi les terroristes. L’opération terroriste, menée par le groupe armée de la Katibat el Moulathamine (el Moulathamoune), dit avoir agi en représailles de la guerre au Mali. D’autant plus que l’Algérie a permis à la France d’utiliser son espace aérien pour se rendre au Mali, bien qu’en réalité les rafales françaises ont survolé le Maroc, allié inconditionnel de la France.

La mise en garde

L’Algérie n’a pas manqué de mettre en garde ses voisins tunisiens en libyens en leur demandant de surveiller davantage leur frontière. Des doutes planaient sur la provenance des terroristes, mais l’Algérie en est désormais persuadée. Les terroristes qui ont attaqué le site gazier d’In Amenas sont arrivés par la Libye. Des accusations qui ont rendu fous de rage les dirigeants libyens. Ils se défendent d’être à la tête d’un pays qui abriterait un puis de combattants.

Mais les djihadistes ne sont pas les seuls responsables de la prolongation de l’état d’urgence. Les tensions sociales liées au chômage notamment sont l’une des raisons. Le pays traverse une grave crise économique et politique et des manifestations et des accrochages ont lieu de manière sporadique dans le pays. L’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 2 mars.


lire aussi
Deux ans se sont écoulés depuis le départ de l’ancien dirigeant tunisien Zine el Abidine Ben Ali, pourtant la Tunisie est loin d’être sortie du pétrin. La situation sociale et économique du pays affole....

La crise politique en Tunisie est toujours en état d’alerte. Les discordes continuent d’alimenter le quotidien de la troïka. La scission est au porte de la coalition...

Tunis s’est réveillé, ce matin du 6 février 2013, sur le choc d’un événement, certes appréhendé depuis quelque temps, mais qui n’en a pas moins déconcerté les citoyens, toutes sensibilités...


à la une




communiqués
Slow Food Met l’Accent sur le Rôle Central de l’Afrique dans le Système Alimentaire Global

Mali - Entretien de M. Laurent Fabius avec M. Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale (31 juillet 2014)

L‘insécurité alimentaire au Sud Soudan s’aggrave alors que les fonds s’épuisent / Les petits agriculteurs, pêcheurs et éleveurs ont besoin d’une aide vitale pour survivre

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME LE GÉNÉRAL DE DIVISION MARTIN CHOMU TUMENTA (CAMEROUN), COMMANDANT DE LA FORCE DE LA MINUSCA

L’Union Africaine lance un appel pressant à la fin immédiate des violences et au dialogue en Libye / L’UA exhorte la communauté internationale à apporter son plein soutien aux efforts que déploie la région à travers le Groupe ministériel de h



en bref




image du jour

dossiers

liens utiles