25 septembre 2017 / Mis à jour à 04:43 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Burkina Faso - Mali - Mauritanie - Niger - Tchad - Politique
Emmanuel Macron retourne au Mali pour renforcer la force antiterroriste régionale
Le Président français Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est en visite ce dimanche au Mali pour renforcer son soutien à la création d’une force conjoint de sécurité contre-terroriste régionale. C’est la seconde fois en deux mois que le président français se rend au Sahel.

C’est déjà le deuxième voyage d’Emmanuel Macron au Mali, pays où la France est engagée militairement depuis 2013 sur une décision de son prédécesseur, François Hollande. Alors qu’il a pris ses fonctions il y a à peine deux mois, sa première visite avait été faite lors de sa première semaine de sa présidence, comme un symbole car c’était son premier déplacement en dehors de l’Europe en tant que président de la France.

Ce dimanche Macron retourne au Mali pour assister à un sommet organisé par le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, avec de nombreux chefs d’Etat des pays voisins Niger, Tchad, Burkina Faso et Mauritanie - un groupe connu sous le nom de Sahel G5. Ils parleront de la création d’une force conjointe qui pourrait permettre le déploiement d’environ 5 000 soldats régionaux dans la région du Sahel. Cette force transfrontalière a reçu de nombreux soutiens internationaux dont celui de l’Union européenne qui a promis de débloquer 50 millions d’euros. "Le sommet du 2 juillet marquera une nouvelle étape avec le lancement effectif de cette force conjointe, qui pourra poursuivre les groupes terroristes de l’autre côté des frontières", a déclaré l’Elysée qui ajoute "Pour ce coup d’envoi, la force Barkhane va amplifier son soutien, aider à installer des centres de commandement et systématiser les opérations coup de poing".

L’objectif de ce soutien est clairement de prévoir un désengagement des troupes françaises à moyen terme : "Nous pensons que nous devrions appeler (les États du G5) dans cette mission, car la sécurité pour les Africains ne viendra en fin de compte que des Africains eux-mêmes", avait le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, à Nouakchott, en Mauritanie, le mois dernier.



à la une




communiqués

afrik-foot