Sénégal - Fait divers
El Hadj Diouf, éternel bagarreur ou victime de sa réputation ?
Lors d’une de ses virées nocturnes à Dakar le 18 mai, El Hadj Diouf aurait eu maille à partir avec un groupe de jeunes jet setteurs dans un restaurant huppé de la ville. Une vive altercation aurait opposé le trublion du football sénégalais et ses gardes du corps à ses assaillants. Chose que dément formellement "Dioufy".

C’est l’affaire qui agite actuellement tout Dakar. El Hadj Diouf, aussi connu pour son épopée avec le Sénégal lors de la Coupe du monde 2002 que pour ses "exploits" extra-sportifs lors de ses virées nocturnes, se serait une nouvelle fois illustré en étant au coeur d’une altercation avec un groupe de jeunes, dans un restaurant situé du côté des Almadies, le week-end du 18 mai.

Une nouvelle virée qui tourne mal

Ce soir-là au Five, accompagné de son habituelle escouade de gardes du corps, l’attaquant de Leeds, passablement atteint par les effets de l’alcool, s’en serait pris au groupe à coups d’injures et des propos déplacés. C’est du moins ce que rapportent certains témoignages relayés par la presse locale, l’un d’eux attribuant à Diouf les propos suivants : "Vous êtes tous nuls, vous êtes pauvres,vous n’êtes pas branchés."

C’en serait suivi une bagarre avec le groupe de fêtards en question et il aura fallu l’intervention des gros bras qui accompagnaient Diouf pour que les choses rentrent dans l’ordre. Une nouvelle affaire à mettre sur le dos pour l’ancien capitaine de la sélection nationale. Sauf que l’intéressé nie avec fermeté l’histoire racontée par la presse et évoque "un tissu de bobards".

"El Hadj Diouf a grandi"

"Moi, me faire tabasser au resto ? Cela n’a pas de sens ! Comment je peux me bagarrer et rester dans la boîte avec ceux contre qui je me serais bagarré ?", a rétorqué l’ancien de Liverpool, dans un entretien accordé à L’Observateur, avant de poursuivre dans son style caractéristique : "Vous savez nettement que, quand on s’attaque à moi, on n’en sort pas indemne..."

Et "Dioufy" de battre en brèche ce qui serait des faux témoignages : "Ce qu’ils ont raconté de A à Z, ce sont des conneries. Vous savez, El Hadj Diouf a grandi. Il n’y a eu ni prise de becs, ni rien du tout. Le samedi, j’ai été au restaurant Five (...) Mais rien ne s’y est passé. Je vous assure que je n’ai eu aucune prise de becs là-bas. Après, vous savez, El Hadj Diouf fait vendre..."

Le buzz pour faire vendre ?

L’argent, voilà en somme ce qui serait la motivation de certains quotidiens pour El Hadj Diouf. Avec l’image dont il bénéficie toujours, des personnes peu scrupuleuses ne chercheraient qu’à engranger des gains sur son dos. "Avant, ils disaient que j’ai giflé des gens que je n’ai jamais vus, aujourd’hui, on raconte que je me bagarre ou que je me fais taper", poursuit Diouf, détaché.

Alors vraie bagarre nocturne sur fond d’alcool ou simple rumeur pour un peu plus écorcher l’image du footballeur ? Difficile de démêler le vrai du faux. El Hadj Diouf, lui, est en revanche déjà passé à autre chose. "J’ai l’habitude d’entendre des gens raconter des mensonges sur mon dos. Comme on l’a fait en annonçant que je vais signer avec un club en Guinée, par exemple..."

Et pour mettre un terme à cette affaire, Diouf de conclure à sa façon, c’est à dire en parlant de lui à la 3e personne : "Tout le monde sait que la personne qui tapera El Hadj Diouf n’est pas encore née." Décidément, El Hadj Diouf...


*Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles Afrik-Foot, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.




Sénégal



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com