14 mai 2018 / Mis à jour à 08:00 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Arabie Saoudite - Iran - Pan Afrique - Politique - Religion - Drame
Drame de La Mecque : un bilan largement sous-estimé
Toutes les victimes de la bousculade du 24 septembre à Mina n’ont pas encore été identifiées (DR)

Près de neuf jours après le drame qui s’est déroulé à Mina, près de La Mecque en Arabie Saoudite lors du pèlerinage du hadj, le nombre de victime est toujours indéterminé. Le bilan officiel fait état de 769 morts et de 934 blessés après la bousculade. Les gouvernements de plus de 20 pays ont annoncé des chiffres qui s’élèvent à 990 morts et 600 « disparus ».

Combien de pèlerins ont trouvé la mort lors du pèlerinage annuel du hadj dans la bousculade du 24 septembre dernier à Mina près de La Mecque en Arabie Saoudite ? C’est la question à laquelle est encore incapable de répondre les autorités saoudiennes dont la responsabilité est de plus en plus montrée du doigt.

Près de 990 morts et 600 « disparus »

Le bilan officiel est de 769 morts et 934 blessés lors du drame le plus meurtrier depuis 25 ans à La Mecque. Pourtant le bilan encore imprécis avancé par les gouvernements d’une vingtaine de pays s’élèvent à un total de 990 morts plus 600 « disparus ». En 1990, près de 1425 pèlerins étaient morts asphyxiés dans un tunnel de Mina, après une panne du système de ventilation dans le pire accident qui n’ait jamais eu lieu à l’occasion du hadj.

Lire sur le sujet : Bousculade meurtrière à la Mecque : le bilan s’alourdit à 769 morts

La tension est montée d’un cran entre l’Arabie Saoudite et l’Iran qui a vivement critiqué le pays hôte du pèlerinage dès le lendemain de la catastrophe comme étant responsable de ce drame. L’incompétence saoudienne est critiquée alors que l’identification des victimes tardent et que le rapatriement des victimes a été retardé et que des procédures administratives ont empêché des experts iraniens de se rendre sur les lieux. Ce pays estime ce jeudi à 464 le nombre de ses ressortissants qui ont été tué ce 24 septembre.

La responsabilité de « pèlerins de nationalités africaines » ?

Ryad avait accusé l’Iran de vouloir politiser la catastrophe et avait accusé l’indiscipline de certains pèlerins d’être à l’origine du drame. La polémique avait enflé après l’intervention publique d’un des responsables religieux des lieux saints de la Mecque, le prince Khaled al-Faisal. Il avait déclaré que la bousculade avait été provoquée par « des pèlerins de nationalités africaines », à la télévision Al-Arabiya TV.

Lire sur le sujet : Bousculade mortelle à La Mecque : l’Arabie Saoudite promet une enquête "rapide"

Au Nigeria, qui devrait être particulièrement touché par le drame avec 244 de ses ressortissants disparus, le Muslims Rights Concern (MURIC) avait aussi mis en cause l’Arabie Saoudite : « En tant que témoins de la bousculade mortelle, nous certifions que le drame a été causé par une défaillance sécuritaire qui est imputable aux autorités saoudiennes », avait indiqué le directeur de l’organisation, Ishaq Akintola.

L’Egypte a également 72 de ses ressortissants qui sont portés disparus, la Côte d’Ivoire 77, l’Indonésie 74, les autorités indiennes ont annoncé le chiffre de 51 disparus, le Maroc 29, la Libye 16. Il s’agit de chiffres provisoires. Certains pays comme le Bénin n’ont toujours pas transmis publiquement de bilan officielle. Les autorités béninoises ont fait état d’une dizaine de morts parmi leurs ressortissants.



lire aussi
Si l’Iran a payé le plus lourd tribut de la bousculade à la Mecque avec 226 morts, le Mali, le Maroc, l’Algérie et le Sénégal pleurent aussi leurs morts suite à cette tragédie qui a frappé l’Arabie...

Alors que l’Arabie Saoudite a promis d’ouvrir une enquête s’agissant de la bousculade meurtrière, le bilan passe de 717 à 769 morts.

L’Arabie Saoudite a promis une enquête "rapide et transparente" après la bousculade de jeudi qui a fait 717 morts et 863 blessés à Mina, près de la Mecque, à l’occasion du grand pèlerinage du hajj....


à la une



afrik-foot