16 décembre 2017 / Mis à jour à 07:01 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Côte d’Ivoire - Entreprise - Investissement - Portraits
Côte d’Ivoire : Nanguin Coulibaly, l’entrepreneur né

AFRIK.COM a rencontré en marge du sommet UE-UA d’Abidjan un jeune entrepreneur ivoirien de 34 ans, engagé dans les secteurs du BTP et du Conseil, créant des passerelles économiques entre la France et la Côte d’Ivoire, alliant clairvoyance et détermination, pour recueillir son expérience de terrain sur la réalité du boom économique ivoirien. Une rencontre porteuse d’énergie.

AFRIK.COM : Qu’est-ce qui vous a donné le goût d’entreprendre ?

Nanguin Coulibaly : Je suis né avec le goût d’entreprendre (sourire). Partout je me suis engagé pour conduire des projets et rassembler des énergies, je suis président d’une association en France, qui s’appelle LAPECA, L’Association pour l’évolution de la Cause Africaine, basée à Paris, et j’ai créé plusieurs entreprises en France et en Afrique pour participer au décollage économique du continent.

AFRIK.COM : Quels sont les secteurs que vous avez identifiés comme porteurs ?

Nangun Coulibaly : D’abord le secteur du service et du conseil, que ce soit aux particuliers ou aux entreprises, afin de leur permettre de réaliser leurs projets dans de bonnes conditions en Côte d’Ivoire. La croissance économique ivoirienne et notamment l’activité dans la construction créée de nombreuses opportunités d’investissement et de travail. Mais y participer requiert une bonne connaissance du cadre juridique locale et des subtilités du droit foncier en particulier, ainsi qu’une pratique concrète des spécificités liées à l’organisation du travail et au déroulement des chantiers dans ce pays. L’apport de « 2CDN Consulting » est souvent essentiel pour la réussite d’un projet, quand il s’agit de passer du plan sur papier ou sur écran, au bâtiment construit dans son cadre urbain véritable.

AFRIK.COM : Mais vous ne vous êtes pas contenté de cette mission de « conseil » ?

Nanguin Coulibaly  : Pour moi le conseil va au-delà d’une assistance purement intellectuelle, il ne s’agit pas d’abandonner le client livré à lui-même dans un environnement inconnu alors qu’on pourrait lui faciliter la tâche en lui offrant des prestations concrètes qui permettent de lui livrer une réalisation clef en main. Donc avec des associés j’ai également créé des entreprises capables de mener à bien des chantiers de construction ou d’équipement en Côte d’Ivoire, qui s’appellent YUKO SARL et Savoir Faire SARL, qui sont toutes les deux dans le bâtiment.

AFRIK.COM : Au vu de votre expérience quel conseil donneriez-vous aujourd’hui à un jeune Ivoirien désireux de se lancer ?

Nanguin Coulibaly : D’abord l’audace, il ne doit pas se sentir intimidé, il a raison de vouloir entreprendre aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Ensuite la rigueur, parce que pour avoir une entreprise pérenne, il doit procéder avec droiture et raison, ce sont les qualités qui lui permettront de faire naître la confiance et donc de se développer plus vite. Enfin la détermination, parce que les freins et les obstacles ne manquent jamais, mais qu’il faut tenir le cap et les dépasser.



à la une




communiqués

afrik-foot