29 juin 2017 / Mis à jour à 12:44 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Chine - Pan Afrique - Développement - Investissement - Matières premières
Chinafrique : l’envers du décor

En 10 ans, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique. Accusés de piller le continent africain de ses matières première, les dirigeants chinois poursuivent leurs investissements sur le continent africain, tout en essayant de ménager leur image.

Du 7 au 12 janvier 2017, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a effectué une tournée remarquée dans cinq pays africains : Madagascar, Zambie, Tanzanie, République du Congo et Nigéria. « Tradition diplomatique » de ces deux dernières décennies, selon son porte-parole, cette visite démontre la volonté de la Chine de renforcer sa coopération avec l’Afrique, où Pékin a déjà investi 150,4 milliards de dollars entre janvier 2006 et juillet 2014, d’après un rapport publié par le think-tank American Entreprise Institute et Heritage Foundation.

Il semblerait que ce ne soit qu’un début. Sur les 10 premiers mois de l’année 2016, les investissements chinois en Afrique se sont élevés à 2,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 31 % par rapport à la même période en 2015.

Lors du sommet Chine-Afrique de Johannesburg en décembre 2015, le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé un objectif de 400 milliards de dollars d’échanges commerciaux d’ici 2020. Les principales transactions bilatérales concernent l’importation en Chine de matières premières (pétrole, minerais, bois, etc.) et l’exportation vers l’Afrique de textiles, de téléphones ou encore de voitures. Selon le quotidien français, 2 500 sociétés chinoises seraient en effet implantées en Afrique dans les secteurs des mines, de l’énergie, des télécoms, de la construction et des transports.

La surexploitation redoutée de la bauxite guinéenne

Génératrices d’activités de plus en plus diversifiées, ces entreprises sont régulièrement accusées de surexploiter les ressources du continent africain au détriment de l’environnement, sans création massive d’emplois locaux ni transfert de savoir-faire. « En Afrique, la Chine fait exactement ce que faisaient les puissances coloniales, affirme la primatologue britannique Jane Goodall. Ils veulent les matières premières pour alimenter leur croissance économique, ils prennent les ressources naturelles et laissent les populations encore plus pauvres. »

Pour illustrer ces allégations, l’exemple de la Guinée revient souvent dans les médias en raison de son sous-sol riche en or, en diamant et surtout en bauxite. Selon le ministère des Affaires étrangères, le pays de 12 millions d’habitants possèderait un tiers des réserves mondiales de ce précieux minerai rouge, qui sert à la fabrication d’aluminium. Premier producteur mondial d’aluminium, la Chine a signé, via le consortium China Hongqiao Group, un accord avec le gouvernement guinéen en mars 2015 pour extraire 10 millions de tonnes par an. Mais le coût environnemental promet d’être lourd pour la Guinée. Avant elle, le Vietnam, la Malaisie et l’Australie ont renoncé à ce business pourtant lucratif suite aux dégâts importants causés par les exploitants chinois sur la qualité de l’eau et de l’air.

Une prise de conscience de la Chine ?

En Guinée, les relations avec la Chine sont également entachées d’un scandale de corruption entre l’ancien ministre guinéen des mines, Mahmoud Thiam, et un conglomérat chinois pour obtenir l’exploitation d’un site minier contre une enveloppe de 8,5 millions de dollars. Les faits se seraient produits en 2009 et auraient impliqué d’autres ministres guinéens. Cette révélation fait d’ailleurs suite à une autre affaire mêlant l’ex-ministre et le groupe anglo-australien Rio Tinto.

Pour redorer son blason, la Chine a signé en décembre 2015 une série de prêts d’un montant de 60 milliards de dollars à destination des pays africains, dont 40 milliards à taux zéro ou préférentiels, d’après Le Monde. Cette somme, promise sur 10 ans lors du dernier sommet Chine-Afrique, vise à financer la construction d’infrastructures routières, ferroviaires et aériennes, mais aussi l’agriculture, l’industrialisation ainsi que des programmes d’éducation, de santé et de lutte contre la pauvreté.

Trois fois supérieur aux aides promises lors du sommet de 2012, cet engagement montre une prise de conscience de l’Empire du milieu, à présent soucieux de contribuer au développement socio-économique du continent africain. À moins qu’il s’agisse, comme certains le pensent, d’un investissement déguisé sur le long terme...

photo : travailleurs chinois sur le barrage de Liouesso, Congo Brazzaville 2015, photo AFRIK.COM/OZR



à la une




communiqués

afrik-foot