26 octobre 2014 / Mis à jour à 22:14 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Centrafrique - France
Centrafrique : le Conseil national de la jeunesse nie son implication dans les attaques contre l’ambassade de France

Le 31 décembre, lors d’une conférence de presse, M. Christian Guénébem, président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), a nié l’implication de son institution dans les attaques qui ont eu lieu le 27 décembre contre l’ambassade de France. Le dirigeant du CNJ a fait une déclaration suite au discours du président de la République au sortir de la visite du dirigeant béninois Thomas Yayi Boni, président en exercice de l’Union africaine : « Je voudrais vous faire part de ceci : le Conseil national de la jeunesse est très mécontent par rapport aux accusations qui ont été relayées par certains médias faisant état de ce que l’attaque et le vandalisme observés contre les représentations diplomatiques, Etats-Unis et France et également contre les emblèmes français, notamment le drapeau aurait été initié par le Conseil national de la jeunesse. Ce qui est faux ! »


Centrafrique en bref
Au moins 80 personnes sont portées disparues après le naufrage d’une embarcation, le 11 septembre, dans la rivière M’poko, au sud de Bangui, a annoncé le ministère centrafricain des Transports. Selon le...

La capitale centrafricaine, Bangui, est privé d’électricité depuis lundi. La raison ? La principale centrale électrique est en réparation. Les travaux doivent durer toute la semaine. Les hôpitaux et...

Des soldats français et miliciens anti-balaka se sont affrontés ce jeudi à Bossangoa, dans le nord-ouest de la Centrafrique, faisant au moins un mort parmi les miliciens et plusieurs blessés. « Un...


derniers articles Centrafrique
Au moins 30 personnes ont été massacrées et plusieurs dizaines d’autres blessées par des groupes armés, mardi et mercredi, dans l’attaque d’un village de la région du centre de la...

Hema Baadê est féticheur basé au Burkina Faso. Dans cet entretien accordé Afrik.com, il nous parle de ses fétiches et de ses engagements.

Après les violences de la semaine dernière, la capitale centrafricaine Bangui reprend vie peu à peu.


à la une




en bref