Afrique du Sud - Mali - Nigeria - Pan Afrique
CAN 2013 : Mali - Nigeria, duel d’Aigles pour une place en finale
Mercredi à Durban, le Mali affronte le Nigeria dans le cadre des demi-finales de la CAN 2013. Pour les deux sélections, l’équation est simple : s’imposer face à l’adversaire pour gagner le droit d’aller disputer le titre continental dimanche au National Stadium de Johannesburg. Reste à savoir qui des Aigles de Patrice Carteron ou des Super Eagles de Stephen Keshi va parvenir à décrocher la qualification.

De notre envoyé spécial à Durban

Quand les Aigles se frottent aux Super Eagles. Ce mercredi sur la pelouse du Moses Mabhida Stadium de Durban, c’est un véritable choc qui va opposer le Mali au Nigeria à l’occasion de le première demi-finale de cette 29e édition de la Coupe d’Afrique des nations. L’opportunité pour l’une des deux équipes de se hisser en finale pour un peu plus caresser le rêve de soulever le trophée le 10 février prochain. La CAN, une compétition que le Nigeria a gagné à deux reprises, en 1980 et 1994, avant de connaître une disette qui dure jusqu’à présent, et ce malgré des générations dorées avec de joueurs comme Nwanko Kanu, Sunday Oliseh ou encore Augustine Okocha.

Keshi : "Le Mali a de bons joueurs, mais nous aussi"

C’est donc une nouvelle génération de joueurs, dirigée d’une main de maître par Stephen Keshi, qui est chargée de mettre un terme à la longue attente des supporters en allant chercher le trophée. Mais sur la route des Nigérians se dresse le Mali. Le Mali, une sélection que Keshi connaît parfaitement puisqu’il en a été le sélectionneur de 2008 à 2010. Et ce sera donc non sans émotion que le technicien nigérian va retrouver ses anciens joueurs, qui vont tenter de lui barrer la route vers la finale.

"Le Mali est un grand pays de football. Ils ont de très bon joueurs, mais nous aussi nous en avons. Demain (mercredi, ndlr) ce sera un match difficile", a ainsi avancé Keshi lors de sa conférence de presse, avant de revenir sur ses années maliennes : "Ce sera de bonnes retrouvailles. Le Mali fait partie de moi. Pendant deux ans, j’ai passé de très bons moments. Que ce soit avec avec les Maliens ou les joueurs avec qui j’ai encore de très bonnes relations. Mais, je suis un professionnel avant tout et je le serai mercredi pendant le match. Après, à la fin du match, on pourra se saluer et discuter."

Carteron : "Le Nigeria aura la pression"

Mais avant les discussions, il y aura d’abord une opposition dont les Maliens voudront sortir vainqueurs pour enfin vaincre le signe indien. Car si les Aigles se sont toujours imposés face au pays organisateur de la CAN (désormais 5 succès avec celui face à l’Afrique du Sud en quarts), les hommes de Patrice Carteron n’ont dans le même temps jamais battu le Nigeria. Un fait dont le sélectionneur ne préfère pas prendre compte. "S’il faut chaque fois se référer à ce qui s’est produit dans le passé... Il faut se focaliser sur le présent et ce match de mercredi. On a un adversaire à battre. Avec cette équipe et ce qui se passe au Mali, on a la capacité de déplacer des montagnes. Demain on va essayer d’en déplacer une grosse", a martelé l’ancien entraîneur de Dijon, qui sait toutefois que la mission ne s’annonce pas simple face aux tombeurs de la Côte d’Ivoire.

La victoire des Nigérians sur les Ivoiriens, l’argument tout trouvé par Carteron pour tenter de mettre la pression sur les épaules de son adversaire. "Comme beaucoup de monde, j’avais mis la Côte d’Ivoire comme favori. Sur le papier, c’était le cas. Le Nigeria faisait partie des cinq ou six équipes qui pouvaient créer des surprises (…) Maintenant ils sont les favoris, c’est eux qui ont la pression", a t-il souligné avant de tenir sa dernière séance d’entraînement avec son groupe. Place désormais au match pour enfin savoir qui des Aigles ou des Supers Eagles prendront leur envol pour le National Stadium de Johannesburg.


Afrique du Sud



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com