Algérie - Burkina Faso - Cap Vert - Côte d’Ivoire - Maroc - Nigeria - Pan Afrique - Zambie
CAN 2013 : le bilan
La CAN 2013 en Afrique du Sud s’est achevée dimanche soir avec le sacre du Nigeria face au Burkina Faso (1-0) à Johannesburg. Place à présent de relever les principaux enseignements de la compétition sud-africaine, la 29e édition.

Cette CAN 2013 nous a offert un nouveau champion d’Afrique le Nigeria. Elle a été moins spectaculaire que les précédentes éditions en terme de but. Alors qu’on attendait la Côte d’Ivoire de Didier Drogba ou le Ghana d’Asamoah Gyan sur le toit de l’Afrique c’est finalement les Super Eagles de John Obi Mikel qui ont saisi le précieux trophée, le 3e de leur histoire.

- Le Nigeria : un champion logique

Malgré son absence à la CAN 2012 au Gabon et en Guinée-équatoriale, le Nigeria faisait partie des favoris de la compétition car ils ont passé les poules à 14 reprises en 17 participations. Et ce fut le cas pour l’édition 2013. Les hommes de Stephen Keshi ont terminé 2e derrière le Burkina Faso dans le groupe C. En quarts de finale, les Super Eagles ont éliminé le grand favori la Côte d’Ivoire (2-1).

Revigorés par cet exploit, les Nigérians laminent le Mali en demi-finale (4-1) et maîtrisent le Burkina Faso en finale (1-0) pour ajouter une 3e CAN à leur palmarès après 1980, 1994 et 2013. C’est avec une nouvelle génération de joueurs que Stephen Keshi a construit son succès emmené par Emmanuel Emenike, Victor Moses, Brown Ideye et Sunday Mba qui ont tous participé à leur premier CAN. Un pari réussi pour le sélectionneur local.

- Le Burkina Faso, le Togo et le Cap Vert : les révélations du tournoi

Le pays des hommes intègres a surpris tout le monde en atteignant pour la première fois de son histoire la finale d’une CAN. Ça été la CAN des premières pour les hommes de Paul Put qu’ils n’avaient jamais gagné un match en phase finale de la compétition continentale en dehors de leur base depuis 1998. Il a fallu donc attendre la deuxième journée de la phase de poules et une large victoire face à l’Ethiopie (4-0) pour mettre fin à cette série grâce à un grand Alain Traoré qui a réalisé un doublé dans cette rencontre.

Terminant en tête de sa poule, les Etalons battent le Togo (1-0,ap) en prolongations à l’issue d’un quart de finale très équilibré grâce à Jonathan Pitroipa. En demi-finale, les Burkinabés sortent le Ghana au tirs au but avec un énorme Astride Bancé et Charles Kaboré. Le rêve prit fin avec beaucoup de regrets face au Nigeria en finale (1-0). Cette performance va permettre à ce pays de se rapprocher des grands nations africaines de football.

Pour la première fois de leur histoire, les Eperviers du Togo d’Emmanuel Adebayor et les Requins Bleus du Cap Vert de Platini ont atteint les quarts de finale de la compétition continentale. Pour en arriver là, les deux sélections ont du se débarrasser deux cadors du football africain l’Algérie et le Maroc qui sont passés à côté de leurs tournois.

- La Côte d’Ivoire, la Zambie, l’Algérie : les déceptions

La malédiction continue pour la Côte d’Ivoire qui a une nouvelle fois laisser passer une chance de remporter une deuxième CAN après celle de 1992. Avec un Didier Drogba en petite forme dans ce tournoi, les Eléphants n’ont pas réussi à se qualifier pour la finale. Solides en poules avec un grand Gervinho et Yaya Touré, les hommes de Sabri Lamouchi ont connu un jour sans au plus mauvais moment de la compétition lors de la phase éliminatoire face au Nigeria en quarts de finale avec une défaite fatale (2-1).

La Zambie n’a pas confirmé son exploit de l’édition 2012. A l’image de sa qualification laborieuse pour celle de 2013 au tirs au but face à l’Ouganda, les hommes d’Hervé Renard n’ont jamais su retrouver leur rythme de croisière. De plus, les coéquipiers de Christopher Katango ont été gênés par une pelouse indigne pour cette épreuve, le fameux bac à sable de Nelspruit. Avec tous ses paramètres là, c’était difficile de faire mieux qu’au Gabon et en Guinée Equatoriale.

Et que dire de l’Algérie, deuxième nation africaine au classement FIFA. Après des éliminatoires de bonnes factures, les Fennecs ont été en manque d’inspiration lors de la phase finale de la compétition. Les cadres de cette sélection ont manqué leur rendez-vous. A l’image des attaquants Islam Slimani et Hilal Soudani qui se sont montrés muets contre la Tunisie et le Togo. Ou bien Sofiane Feghouli et Foued Kadir qui ont du mal à organiser le jeu.

- Le meilleur joueur

Finaliste malheureux de la CAN 2013 avec le Burkina Faso face au Nigeria (1-0), dimanche soir, Jonathan Pitroipa a malgré tout obtenu le titre de meilleur joueur de la compétition en Afrique du Sud. Une consécration qu’il a reçu à l’issue de la rencontre. Son but face au Togo en quarts de finale a permis à son pays d’atteindre les demi-finales.

- Le meilleur buteur

Avec 4 réalisations au compteur, l’attaquant nigérian du Spartak Moscou Emmanuel Emenike a été élu par la CAF meilleur buteur de la CAN 2013 en Afrique du Sud. Il succède au Zambien Emmanuel Mayuka. Son coup franc surpuissant face à la Côte d’Ivoire a entraîné la chute d’un favori.

-  L’Equipe-type

Enyeama - Ambrose, B. Koné, Neves, Tamboura - S. Keita, Obi Mikel, Pitroipa - Moses, Emenike, Gyan.

- La déclaration du tournoi

Le sélectionneur du Nigeria Stephen Keshi avait critiqué les entraîneurs blancs. "Les blancs viennent en Afrique simplement pour l’argent. Ils ne font rien d’autre que ce que nous pouvons faire. Je ne suis pas raciste mais c’est comme ça", a-t-il déclaré. Une attaque qui devrait faire plaisir à Hervé Renard ou Didier Six respectivement sélectionneur de la Zambie et du Togo.

-  Le geste du tournoi

L’annulation du carton rouge de Jonathan Pitroipa qui a pu disputé la finale. A la sortie du comité exécutif de la Confédération à Sandon City, le secrétaire général de la CAF Hicham El Amrani a confirmé que le Burkinabé était blanchi. "Le carton est levé", a-t-il simplement annoncé à des représentants de la presse française dont l’AFP vendredi dernier.

- Carton rouge à l’arbitrage et à l’affluence

Cette CAN a été un désastre pour les arbitres avec deux qui ont été suspendus par la CAF. Et au niveau des tribunes, la plupart était vide. La CAF a du laisser rentrer les supporters en seconde période.


Algérie



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com