Afrique du Sud - Burkina Faso - Pan Afrique - Compétition sportive
CAN 2013 : la fête annulée à Ouaga !
Les Supers Eagles du Nigeria ont remporté devant les Etalons du Burkina Faso le trophée de la 29e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), dimanche à Johannesburg, en Afrique du Sud. Une finale qui s’est soldée par un score étriqué d’un but à zéro. A Ouagadougou, les Burkinabès avaient déjà mis les petits plats dans les grands pour immortaliser ce moment historique. Mais au finish, Ouaga s’est couchée tôt.

(De notre correspondant)

Spéciale dimanche dans la capitale burkinabé ! Ouagadougou connaît une ambiance des grands jours. Il y a de l’animation aux principaux carrefours de la ville. On était à une heure environ du coup d’envoi de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Sur le site du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), c’est le délire.

Un écran géant y est installé. Vuvuzela et autres sifflets en mains et à la bouche, des millions de Burkinabès supportent à leur façon les Etalons, les joueurs de football de l’équipe nationale, qui jouent la finale de la Can. C’est quasiment le village de la CAN à Ouaga. Les Etalons qualifiés pour une finale historique sont portés par plus de 16 millions de Burkinabés. Même les expatriés ont arboré les couleurs du Faso. Et les pronostics vont bon train. « On ne veut pas beaucoup aujourd’hui, 2-0 nous suffisent, s’écrit Moussa habillé aux couleurs burkinabé.

Sport roi !

Kick off du duel Nigeria - Burkina Faso. Jusque-là, rien ne peut encore émousser l’ardeur des supporters de Ouagadougou. 40e minute, les Etalons encaissent un but et commencent par courir après l’égalisation. Les supporters souffrent à la place des footballeurs. Assis à même le sol au sable rouge, Jeanne se lamente et se tord de douleur. Elle était portante bien avant l’ouverture du score des Supers Eagles. « Je souffre certes mais j’ai espoir. Les Etalons ne vont pas nous décevoir », confie-t-elle avec une voix en sanglots. Au terme des 90 minutes de jeu, les Etalons ne reviennent pas au score et concèdent la défaite. La fête programmée est annulée. « Je suis déçu même je dois être content pour l’effort fourni par les Etalons. Durant cette CAN, ils m’ont procuré assez d’émotions. Dieu n’a pas voulu ce soir qu’on amène le trophée à Ouaga. C’est dommage », se résigne Adolphe Yaméogo, un supporter de l’équipe national du Burkina Faso.

D’autres, en revanche, estiment que les Etalons ont fait leur meilleure performance cette année à la CAN. Et pour ce motif, le découragement n’a guère le droit de gagner les amoureux du cuir rond. « Moi je pense qu’avec cette prestation en Afrique du sud, on a montré à tout le monde entier qu’il faut désormais compter le Burkina Faso parmi les grandes nations de football », déclare François Compaoré. Madeleine Hosana abonde dans le même sens en soulignant : « Il fallait s’y attendre. Ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes en quart et demi-finale. Et dans la vie, il y a la victoire et la défaite. Prenons donc la vie du bon côté et courage aux Etalons. »

Après la défaite qui n’était pas attendue à Ouaga, la ville est restée calme toute la nuit. Avec des rues désertes, les bistrots et restaurants ont tourné à perte.


Afrique du Sud



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com