Afrique du Sud - Algérie - Pan Afrique - Togo
CAN 2013 : Algérie - Togo, malheur au vaincu !
Pour le compte de la 2e journée du groupe D de la CAN 2013, l’Algérie affronte le Togo pour un match déjà couperet. Battus, respectivement par la Tunisie et la Côte d’Ivoire, lors de leur entrée en lice dans la compétition, les Fennecs et les Eperviers ne peuvent se permettre une nouvelle défaite, sous peine de faire leurs bagages. Une rencontre qui revêt donc un aspect capital pour les deux équipes, mais surtout pour l’Algérie qui a préparé ce choc dans une atmosphère particulière.

L’heure est déjà grave pour l’Algérie et le Togo. Au moment de s’affronter sur la pelouse du Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg, Fennecs et Eperviers sont dos au mur et ne peuvent se permettre de perdre. Les deux sélections, battues lors de leur premier match dans le groupe D de la CAN 2013, diront adieux à la compétition en cas de revers. D’où l’intérêt que revêt ce match pour la suite de l’aventure continentale. La pression est donc autant dans le camp algérien que dans celui des togolais. Et ce n’est pas la dernière conférence de presse de Vahid Halilhodzic qui va la faire redescendre.

Encore marqué par le match perdu dans le temps additionnel face à la Tunisie, mais surtout embêté par l’état de forme de Sofiane Feghouli, diminué par un coup à l’aine, le sélectionneur des Verts a eu maille à partir avec certains journalistes de la presse algérienne. Pris à parti par l’un d’eux, qui lui a reproché son manque de considération envers ses confrères algériens, relégués au second plan après le presse internationale, l’ancien entraîneur ne s’en est pas laissé compter. La remarque n’a pas du tout été de son goût et le ton est alors monté.

Une préparation du match dont se serait passé volontiers Halilhodzic, même si dans le camp d’en face, son homologue Didier Six n’est pas en reste. Attendu vendredi au Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg pour y tenir la traditionnelle conférence de presse de veille de match, le sélectionneur du Togo ne s’est pas présenté devant la presse. Six a laissé son adjoint, Tchanilé Tchakala, prendre sa place pour répondre aux questions des journalistes. Une absence qui n’a pas été justifiée, même si Tchakala à tenu à indiquer que c’est Six qui lui a demandé de le représenter, sans plus de détails. Une absence qui fait se poser beaucoup de questions et l’attitude du sélectionneur sur son banc de touche ne manquera pas d’être décryptée. Pas vraiment la meilleure des préparations pour une rencontre aussi capitale que celle qui va se dérouler.


Afrique du Sud



 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com