18 janvier 2018 / Mis à jour à 05:32 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Cameroun - Portraits - Epitaphe
Cameroun : Le Sergent-chef Oscar Mandeng Tjol a brisé son arme

Pour rendre un hommage officiel à ce soldat tombé au champ d’honneur, famille, autorités militaires et administratives se sont réunies le 3 mars 2017 au Camp de la valeur à Bonanjo, Douala, pour sa cérémonie de levée de corps.

Une émouvante solennité dans la cour d’honneur de la 2e Région militaire interarmées où pleurs et cris de chagrin des proches de l’époux et père de quatre enfants auront fendu le cœur de la foule. Et pour dire merci au sergent-chef Oscar Mandeng Tjol, la nation l’a décoré de la médaille de la Vaillance à l’ordre de l’armée à titre posthume, au cours d’une cérémonie présidée par Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, Gouverneur de la Région du Littoral.

Dans son oraison funèbre, le lieutenant Paul Ewanè, commandant de la 360e compagnie anti-char, a permis de mieux connaître Oscar Mandeng Tjol, « un militaire travailleur, discipliné, aguerri et courageux » Un homme qui, attiré très tôt par les armes, va tour à tour être affecté au Bataillon des troupes aéroportées à la 2e compagnie para-commando à Koutaba, à la Brigade du Quartier général, Compagnie de l’Etat-major des armées à Yaoundé, au 43e bataillon d’infanterie motorisé à Mayo-Oulo le 25 juillet 2014. Il aura participé à l’opération Emergence 4 à plusieurs postes.

17 ans, c’est le temps passé par le sergent- chef Oscar Mandeng Tjol dans l’armée de terre, au service de son pays. Un dévouement qui ira jusqu’au sacrifice suprême le 16 février 2017, sur l’axe Gousda Vreket–Moskota, arrondissement du Mayo-Oulo, dans la région de l’Extrême- Nord, lors de l’opération Emergence 4. Le sergent-chef, né le 29 avril 1980, ne fêtera pas son trente-septième anniversaire. Le véhicule de patrouille à bord duquel il se trouvait ayant sauté sur un engin explosif improvisé, une embuscade tendue par les terroristes de Boko Haram près du village Vouzi.

Mais ce n’est pas cela qui mettra fin à ses jours. Plutôt une balle qui l’atteindra mortellement lors d’un échange de coups de feu.



à la une




communiqués

afrik-foot