21 octobre 2014 / Mis à jour à 11:57 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Cameroun - France - Immigration - Politique - Travail - Conflit social - Autre Afrik
Cameroun : Gérard Depardieu vers un statut de refugié politique ?

Par ces temps de vache maigre en Europe, qu’adviendrait-il si Bruxelles, du jour au lendemain, se mettait en tête de refuser à Gérard Depardieu comme il l’a fait à Johnny Hallyday le passeport de son royaume, ou si l’Union Européenne, par extraordinaire, harmonisait ses politiques fiscales ?

Gérard Depardieu serait bien mal barré. Façon de parler, il s’est déjà barré. La France, il l’aime et il l’a quittée. Il a promis (ou menacé) de rendre son passeport français : soit c’est un processus vraiment long, c’est-à-dire qu’il n’est pas arrivé à trouver une représentation diplomatique française ou bien les délais postaux sont en France ce qu’ils sont au Cameroun, inexistants ; soit il veut faire l’amour une dernière fois à son passeport avant de le rendre.

En tout cas, je ne l’en dissuade pas. Il multiplie ses chances d’obtenir un passeport belge en devenant un apatride. Gérard Depardieu va se demander en compulsant le nombre de hurluberlus qui dans la presse osent le « blâmer » de quoi l’Afrique se mêle. Il verra un obscur Essono Tsimi et il ne voudra pas lui répondre. Eh ben, Gérard, vous auriez tort : tous ceux qui vous critiquent ne peuvent pas connaître ce que vous vivez en ce moment, moi si !

Je vis dans un pays où prospère depuis plusieurs décennies une culture de la démission, de la fuite, et de l’exil. Et l’exil fiscal, même si l’on tarde à s’en rendre compte en France, est un exil politique (avec de fortes motivations économiques, soit !).

Alors, dans ta quête d’un passeport belge, au lieu de les baratiner sur leur campagne-là, Machin, dont tu te serais subitement épris… Pas sûr sûr qu’ils goûtent cet humour. Et leur humour à eux, ça n’est drôle que de l’extérieur. Au lieu donc d’essayer de leur faire accroire des choses auxquelles toi-même tu crois pas, dis leur la vérité, elle te vaudra un vrai passeport.

Et la vérité, quelle est-elle ? On la vit ici depuis l’Afrique, et nous sommes au Cameroun atterrés par l’acharnement et le harcèlement policier dont tu es l’objet. On a vécu en direct cette interpellation pour excès de vitesse sur une moto, non mais c’est du délire ! Un monument comme toi devrait voir les routes barrées quand il veut faire du rodéo en moto, au Cameroun on t’aurait gratuitement flanqué une escorte militarisée et une ambulance médicalisée.

Il s’agit d’un homme (par certains côtés quand même) qui paie depuis une quarantaine d’années trois millions d’euros et demi au fisc français : j’ai essayé de convertir en francs cfa, la calculette de mon laptop est carrément devenue folle, j’ai pas eu la conversion… ! La France est ingrate, comme la plupart des riches que je connais. Je te conseille donc de te faire envoyer les preuves de ta garde à vue abusive en vue de la constitution de ton dossier de demande de statut de refugié politique. Tu as été insulté par le Premier ministre de ton pays, il dit qu’il a insulté ton comportement pas toi, ton comportement et toi ne faites pas deux personnes et n’êtes pas détachables l’un de l’autre, tu ne peux pas être super chouette quand ton comportement est minable.

Alors s’il dit que ton attitude est minable, c’est que sur ce coup tu es toi-même minable. Tu as bien compris son propos, il t’a insulté et a confirmé ses insultes après ta lettre. Si donc tu n’as pas enregistré cette offense publique qui confirme l’acharnement du gouvernement de ton pays, tu voudras bien écrire à Afrik.com qui me transmettra, pour demander la vidéo que j’avais enregistrée tellement je n’en revenais pas, tellement je me disais que tu serais mieux traité au Mboa (le Cameroun).

Ce dossier serait imparable, des milliers de Camerounais chaque jour se font homosexuel pour obtenir des statuts de réfugiés, d’autres achètent des cartes de militant du SDF pour cent fois leur valeur, d’autres encore organisent des bals s’ils ont été abusivement gardés à vue, parce que la prison ici est une vraie promotion sociale, c’est un boulevard qui mène droit au statut si convoité de refugié !

Ton dossier donc, crois en l’expérience d’un Camerounais (c’est nous qui avons inventé la feymania) est en béton ! N’hésite pas à user de tes talents d’acteur au passage pour leur rappeler les liens de sang que tu as avec leur royaume, le père d’Obélix (son créateur) est bien belge, non ?

Au Cameroun, on écrase de mépris les ambitieux, ceux qui veulent réussir ; mais on adore littéralement ceux qui ont réussi, alors toi on saura te rendre le culte auquel tu as droit. Mes compatriotes respectent Dieu et toi, son fils (si Dépar n’est pas un préfixe, veuille bien ne pas me contester), tu ne subiras jamais le blasphème. Pour ton bien, il est mieux que tous ici croient que tu es un dieu parmi nous.

D’ailleurs, même en ne mettant pas ton nom en avant, ta fortune t’ouvrira toutes les portes ici. Je proposerai solennellement à notre chef d’Etat, le vieux Paul, qui me lit beaucoup et que je tutoie à l’occasion, de créer un poste à ta mesure dans la république du Cameroun. Que dirais-tu de celui de président d’honneur du Cameroun ?

Ici, tu ne serais pas reçu par un bourgmestre qui même s’il doit te rappeler Falbala, la belle blonde, n’est qu’un bourgmestre, trop loquace par ailleurs… Paul Biya viendrait en personne te recevoir sur le tarmac de Nsimalen. Les youyous d’une foule en délire t’accompagneraient sur le tapis rouge qu’on te déroulerait. Le territoire camerounais est occupé à 40% de forêt, c’est dire si on pourra t’allouer l’équivalent de toute la Belgique pour que tu fondes toi-même ton royaume. Les impôts sur les riches, on connait pas, c’est difficile de taxer le vide, on n’a pas de riches, tu comprends, tous préfèrent des pays où ils sont taxés mais où il y a des Blancs.

En France, tu emploies 80 personnes, ici tu emploierais près de dix mille personnes, si tu consacrais seulement le dixième de ce que tu payais annuellement au fisc français au financement de projets des jeunes ruraux. Avec l’argent que tu récolteras de la vente de ton fameux hôtel particulier, tu pourrais construire plus de 500.000 logements « modernes » ici, donc l’équivalent de cinq villes au moins, une nouvelle région pourrait être créée dont l’un des tiens serait le Gouverneur. Qu’en dis-tu ? On discutera des détails politiques une fois sur place, viens d’abord ! Le mal que tu ferais à la France serait compensé par le bien que tu rendrais à l’humanité. Les Pauvres du Cameroun sont bien moins exigeants et bien moins difficiles à contenter. Viens Gérard, nous, nous connaissons ta valeur !


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles