27 juillet 2017 / Mis à jour à 05:23 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Bénin - Burkina Faso - Agriculture - Agro-alimentaire - Altermondialisme
Burkina Faso : Terra Madre rassemble pour l’agriculture durable !

Le premier Terra Madre d’Afrique de l’Ouest a eu lieu les 3 et 4 février 217 à Ouagadougou (Burkina Faso) où il réunissait des agriculteurs et producteurs de tout le pays, ainsi que des Pays voisins, Bénin, Côte d’Ivoire et même Nigeria. Une belle manifestation organisée par la Fondation Slow Food pour engager une vraie prise de conscience des enjeux alimentaires de la biodiversité.

Le rassemblement Terra Madre Ouagadougou a été organisé par la Fondation Slow Food pour la Biodiversité dans le cadre de l’initiative Fondations pour l’Afrique Burkina Faso, pour le droit à l’alimentation, promue par 28 fondations d’origine bancaire membres de l’ACRI (association des banques d’épargne et fondations italiennes).

La grande fête a débuté le 3 février à l’Institut français George Méliès de Ouagadougou, par la projection du documentaire La Guerre des Graines, réalisé par Clément Montfort et Stenka Quillet. Le film se fait l’avocat des semences gratuites pour combattre les multinationales et la faim dans le monde.

La cérémonie d’ouverture du 4 février a accueilli plusieurs figures d’autorité, dont Jacob Ouedraogo, Ministre de l’Agriculture du Burkina Faso, Armand Roland Pierre Béouindé, maire d’Ouagadougou, Yacouba Sawadogo, le célèbre agro-écologiste, et Carlo Petrini, président de Slow Food, qui ne pouvant participer personnellement avait envoyé une vidéo depuis l’Italie.

Après la cérémonie, le marché des agriculteurs et producteurs a été officiellement ouvert permettant aux visiteurs de découvrir les projets de Slow Food et une sélection de produits des communautés de la nourriture Terra Madre du Burkina Faso. Etaient présents des producteurs des deux nouvelles Sentinelles burkinabées : le Riz rouge de Comoé et l’Igname d’Arbollé. Les artisans de la forêt de Comoé-Léraba, les fromagers peuls et les communautés Boyaba et Tapoa, productrices du Beurre de karité de Garango, l’association Watinoma, les producteurs du jardin pédagogique La Saisonnière, le jardin producteur de Yako et d’autres jardins participant au projet des 10 000 jardins en Afrique étaient également de la partie. Des communautés du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Nigeria et du Togo participaient également à ce grand rassemblement.

Les débats ont abordé les problèmes urgents à résoudre : "Produisons (naturellement) ce dont nous avons besoin et consommons (naturellement) ce que nous produisons" telle est la philosophie Slow Food, qui rejoint l’inspiration de cette citation connue de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara. "La terre ne ment pas" débat au cours duquel les participants réfléchissaient à la manière dont l’agro-écologie peut dans l’avenir nourrir le monde. "Mangeons local !" abritait ensuite un débat autour de la qualité nutritive des produits locaux. Et enfin, "Pour faire un plat, il faut une graine", débat sur les semences et les OGM, plaçant en première ligne la défense de la bio-diversité.

Enfin Terra Madre Burkina Faso a été clôturé par un concert de l’artiste burkinabè Ima Hado... Qui mérite d’être visionné...

Et les danses traditionnelles eurent également part à l’événement organisé à Ouagadougou...

Pour plus d’informations sur le programme, rendez-vous sur la page Facebook de l’événement...

Slow Food protège la biodiversité avec ses projets dans le monde entier. Pour continuer ce travail, l’association s’appuie sur la mobilisation et la participation de nombreux donateurs.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Responsable Slow Food pour l’Afrique de l’Ouest Typhaine Briand : t.briand@slowfood.it

Chargé de communication au Burkina Faso Jean Victor Ouedraogo : ouedraogo_jeanvictor@yahoo.fr



à la une




communiqués

afrik-foot