5 septembre 2015 / Mis à jour à 02:03 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Gambie
Gambie : le gouvernement gambien condamné par le rapporteur spécial de l’ONU

Suite à l’exécution de neuf condamnés à mort par le gouvernement gambien, le rapporteur spécial de l’ONU sur les exécutions extra-judiciaires, sommaires ou arbitraires, Christof Heyns, a dénoncé et condamné ces actes. D’après un communiqué transmis à la PANA (l’Agence panafricaine de presse) à Dakar, le rapporteur spécial invite la Gambie à suspendre l’exécution des 39 autres condamnés à mort.

« Je condamne fermement les exécutions qui ont eu lieu la semaine dernière en Gambie et demande qu’il ne soit pas procédé à d’autres », a déclaré Mr Heyns qui estime que « cette série d’exécutions est un grand pas en arrière pour ce pays et pour la protection au droit à la vie dans le monde. »

Lire aussi :

- Gambie : l’exécution des condamnés à mort se poursuit


Gambie en bref
La situation des droits humains en Gambie s’est nettement détériorée durant la 21ème année de pouvoir du président Yahya Jammeh, déclare Amnesty International. Dans une note rendue publique à l’occasion...

Le combat de ce dimanche 5 avril 2015, qui a vu Eumeu Sène de l’écurie Ty Shinger venir à bout de Balla Gaye 2 de l’écurie Balla Gaye joue les prolongations. En effet, le Président de la Gambie Yahya...

Le président gambien Yahya Jammeh a été épinglé par l’ONG de défense des droits de l’Homme Amnesty International. Trois mois après le coup d’Etat manqué à son encontre, les commanditaires ont été jugés...


derniers articles Gambie
Le gouvernement gabonais a procédé, le 3 août 2015, au rapatriement de 460 immigrés sans titre de séjour. Parmi eux, 130 Maliens, 84 Burkinabé, 60 Sénégalais, 40 Togolais, 38 Nigérians, 20 Béninois, 8...

Voilà 21 ans que Yahya Jammeh, actuel président de la Gambie, est au pouvoir. Les principaux opposants et les observateurs internationaux s’inquiètent de la répression de plus en plus violente dont...

Le Président gambien Yayha Jammeh a accordé, ce mercredi, la grâce présidentielle aux détenus reconnus coupables de trahison, entre 1994 et 2013.


à la une




en bref