29 avril 2016 / Mis à jour à 22:21 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Guinée équatoriale
Teodorin Obiang perd son hôtel particulier parisien

La justice a saisi ce vendredi 3 août l’hôtel particulier de Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema, situé à la très huppée Avenue Foch du 16e arrondissement de Paris. Selon une source proche du dossier qui s’est confiée à l’AFP, cette saisie ferait suite à l’enquête sur les "biens mal acquis". Après cinq ans de procédure, Teodorin Obiang faisait l’objet d’un mandat d’arrêt. Convoqué jeudi 12 juillet, pour un interrogatoire qui devait être mené par les juges Roger Le Loire et René Grouman, il ne s’était pas présenté à l’audition. Teodorin Obiang peut donc désormais être arrêté à tout moment dans tout l’espace judiciaire européen pour y être extradé vers la France.

Lire aussi :

- Mandat d’arrêt contre Teodoro Obiang après 5 ans de procédure


Guinée équatoriale en bref
Au pouvoir depuis 36 ans, Teodoro Obiang Nguema est donné favori pour le scrutin présidentiel de ce dimanche 24 avril 2016 en Guinée Equatoriale. Face au chef d’Etat sortant, six autres candidats,...

L’annonce par la justice française de la clôture de l’instruction ouverte contre Teodorin Obiang Nguema fait sourire son ami sénégalais Fara M’bow qui laisse entendre que l’affaire est en train de se...

Le sommet panafricain sur Boko Haram qui devait se tenir mercredi à Malabo, capitale de la Guinée Equatoriale, a été annulé. Il devait réunir les chefs d’Etat des pays de la Communauté économique des...


derniers articles Guinée équatoriale
Le samedi 16 avril 2016 restera dans l’histoire du Congo moderne comme celui de l’investiture de Denis Sassou N’Guesso à la tête d’une nouvelle République, décentralisée, dotée de nouveaux corps...

En s’imposant sur le fil (0-1) à Malabo à l’occasion de la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2017, le Mali a fait coup double : il reprend les commandes du groupe C au Bénin et il élimine le...

Revirement spectaculaire en vue dans la fameuse affaire des "Biens mal acquis", curieusement orientée en direction des trois Etats pétroliers d’Afrique centrale, le Gabon, le Congo et la Guinée...


à la une




en bref