23 mars 2017 / Mis à jour à 01:35 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
France - Pan Afrique - Politique
Avec Robert Bourgi, l’Afrique entre dans la campagne de François Fillon
C’est désormais officiel, les costumes de luxe de François Fillon ont bien été payés par Robert Bourgi. Mais que vient donc faire dans cette galère ce célèbre porteur de valises et intermédiaire historique de la françafrique ?

Plutôt discret ces derniers temps après avoir beaucoup œuvré, sans succès, pour l’élection de Jean Ping à la Présidence du Gabon, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi apparait soudainement dans la campagne présidentielle française. C’est lui, rapporte le quotidien français Le Monde, qui aurait "offert" 13.000 euros de costumes de chez Arnys à François Fillon.

L’affaire, révélée par le JDD est une nouvelle épine, de taille, dans le pied du candidat Les Républicains à l’élection présidentielle française. Une récente perquisition de police dans les locaux d’Arnys, d’où viennent les costumes, aurait permis de confirmer que Robert Bourgi serait bien le généreux donateur.

Né en Afrique, au Sénégal, Robert Bourgi a longtemps été le conseiller africain des politiques français du RPR et de l’UMP (Chirac, de Villepin et Sarkozy, qui l’a décoré de la Légion d’honneur en septembre 2007) avant de se rapprocher de François Fillon en 2012.

La question qui se pose maintenant est de savoir quel est le sens de ce "cadeau". Les députés doivent déclarer au déontologue "tout don ou avantage d’une valeur supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié (...) en lien avec leur mandat". Ce que conteste François Fillon qui a déclaré "Un ami m’a offert des costumes en février. Et alors ? (cela n’a) rien à voir avec la politique. ".

Robert Bourgi, qui est surtout connu pour son riche carnet d’adresses de nombreux dignitaires africains et pour ses talents de porteurs de mallettes remplies d’argent d’Afrique vers la France, comme il l’avait raconté il y a quelques années déjà eu JDD a une version un peu différente J’ai payé à la demande de François Fillon (...). Et sans d’ailleurs en avoir le moindre remerciement depuis" rapportait le JDD citant l"ami généreux" qui souhaitait rester anonyme.

Il va maintenant falloir que les deux hommes s’expliquent, soit il s’agit d’un cadeau désintéressé entre amis, soit la justice française peut imaginer, en raison du passif africain de Robert Bourgi, que cet argent viendrait d’Afrique et le lien avec un financement occulte de campagne électoral ne serait pas loin.

Lire aussi :
- Affaire Bourgi : La justice française fait disparaître les mallettes
- La face cachée des révélations de Robert Bourgi



à la une




communiqués

afrik-foot