23 octobre 2014 / Mis à jour à 22:38 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Etats-Unis - Terrorisme
Quatre Français d’origine maghrébine reviennent de Guantanamo
Ils étaient détenus depuis plus de deux ans sur la base militaire américaine. Quatre Français d’origine maghrébine, qui étaient détenus depuis plus de deux ans sur la base américaine de Guantanamo (Cuba), sont arrivés, mardi, en France. Leur arrivée fait suite à une série de tractations secrètes entre Paris et Washington. Les hommes, soupçonnés pour certains d’activités terroristes, sont en garde à vue et seront par la suite interrogés dans le cadre d’une instruction ouverte en 2002.

Quatre Français, détenus pendant plus de deux ans sur la base américaine de Guantanamo (Cuba), sont revenus, mardi, en France. Paris et Washington négociaient depuis plusieurs mois la remise d’une petite dizaine de ressortissants français, soupçonnés d’avoir appartenu ou soutenu des organisations terroristes au Pakistan ou en Afghanistan. Les quatre hommes, d’origine maghrébine, sont pour l’instant à la Direction de la surveillance du territoire (DST). Ils seront interrogés au plus tard dans quatre jours par un juge d’instruction, certainement sur de présumées activités terroristes en Afghanistan ou Pakistan.

C’est en effet dans ces pays que Mourad Benchellali, Imad Kanouni, Nizar Sassi et Brahim Yadel, âgés entre 23 et 33 ans, ont été arrêtés par les forces américaines, entre fin 2001 et début 2002, selon Le Monde. Il leur était reproché, comme aux quelque 600 prisonniers de Guantanamo, « leur participation supposée à des groupes de combattants affiliés à Al-Qaida (au réseau terroriste, ndlr) ou pour leur soutien aux talibans », explique le quotidien français.

Longues tractations franco-américaines

Après de longues tractations, l’Etat français aurait obtenu la garantie que les quatre hommes seraient renvoyés en France au mois de mai dernier. « A la suite des discussions engagées entre la France et les Etats-Unis au sujet des détenus français de Guantanamo, les autorités américaines ont décidé de remettre à la France, sur la base militaire de Guantanamo, quatre de ces détenus qui sont rapatriés en France aujourd’hui (mardi, ndlr) », annonçait par communiqué le ministère français des Affaires Etrangères.

Et d’ajouter : « Nous poursuivons les discussions avec les autorités américaines en vue d’obtenir aussi rapidement que possible la remise des autres détenus français détenus à Guantanamo », qui, selon certaines sources seraient au nombre de trois. « Il est impossible de savoir pourquoi une partie des Français est restée à Guantanamo car rien n’a filtré de ces discussions. On ne sait pas si des contreparties ont été accordées ou s’il s’agit d’une tentative de rapprochement entre les deux pays », précise Francis Perrin, un porte-parole de la section française d’Amnesty International, qui se réjouit du retour des quatre hommes.

Peut-être libérés « très rapidement »

Les quatre suspects sont actuellement en garde à vue à la DST, pour une durée ne pouvant excéder 96 heures selon la loi anti-terroriste. Plus tard, ils seront vraisemblablement interrogés par le juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en 2002, destinée à enquêter sur leur passé et leur parcours. « A la suite de cela, le juge décidera de qui sera relâché et qui sera mis en examen », explique Francis Perrin.

« Me William Bourdon, qui défend [avec d’autres] Mourad Benchellali et Nizar Sassi, a estimé que la ‘faiblesse et la vacuité des charges’ devraient ‘conduire à des mises en liberté très rapidement’ », rapporte l’agence Reuters. Pour l’heure, les familles s’inquiètent de savoir si leur proche est en bonne santé, physique et morale.


lire aussi
Dans le cadre de la politique visant à fermer la prison militaire de Guantanamo, la Maison blanche s’est déclarée vendredi 26 juillet favorable pour le rapatriement de deux détenus algériens vers...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers