19 avril 2018 / Mis à jour à 17:59 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux

Burundi
Mandela proche d’obtenir la paix au Burundi ?
Mandela fait la paix. L’ancien président sud-africain espère que la guerre civile s’achèvera d’ici un mois. Plusieurs difficultés majeures restent cependant à résoudre.

Ils ne sont pas nombreux, ceux qui, tel Nelson Mandela, ont mérité avec autant de constance le prix Nobel de la paix qui leur fut un jour attribué. L’ancien président sud-africain, artisan d’une réussite politique unique dans l’Histoire africaine du XXème siècle, poursuit au Burundi une action diplomatique dont l’influence positive est exceptionnelle.

Pourtant Mandela est déçu. Il espérait obtenir, dès cette semaine, un cessez-le-feu définitif entre la rébellion hutue (ethnie majoritaire au Burundi) et le pouvoir tutsi du président Pierre Buyoya. Ce sera, sans doute, pour le mois prochain. Car le pas décisif a déjà été franchi : Jean-Bosco Ndayikengurukiye, leader des Forces de défense de la démocratie (FDD) qui dirigent la rébellion, a donné son accord à l’ex-président sud-africain pour rencontrer Buyoya et entamer les pourparlers de paix définitifs.

Camps de concentration

La guerre civile, désormais larvée, a causé la mort de 200 000 personnes au Burundi. Le plan de paix prévoit une période de transition de deux ans à trois ans, à l’issue de laquelle seraient organisées des élections démocratiques. Pendant cette période, un gouvernement provisoire sera constitué sur une base d’égalité entre hutus et tutsis. L’armée sera restructurée sur le même modèle.

L’un des derniers obstacles à la paix est la controverse sur les "camps de regroupement" mis en place par le pouvoir dans le but officiel de protéger les populations des attaques des rebelles. Des centaines de milliers de hutus résident dans ces camps que Nelson Mandela a décrit comme des "camps de concentration". Selon l’ONG américaine Human Rights Watch (HRW), des soldats burundais torturent et tuent des suspects dans ces camps, et violent des femmes qui y sont internées.

Le gouvernement aurait commencé, d’après la BBC, de fermer ses camps - comme il s’est engagé à le faire d’ici la fin du mois de juillet. Mais HRW estime, au contraire, que cette fermeture n’a pas eu lieu.



dossier
Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens...


à la une



afrik-foot