2 septembre 2014 / Mis à jour à 22:41 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Côte d’Ivoire
Robert Gueï s’exprime
Réconciliation. Le général Robert Gueï, ancien chef de la junte au pouvoir en Côte d’Ivoire, de décembre 1999 à octobre 2000, règle ses comptes au Forum de réconciliation nationale. Il égratigne Gbagbo et Bédié et considère Ouattara comme Ivoirien.

Robert Gueï sait se faire attendre. Le général peut se transformer en diva quand il le faut. Au lieu d’apparaître au Forum de réconciliation le 13 novembre dernier, aux côtés de l’actuel président ivoirien Laurent Gbagbo et de l’ancien chef d’Etat Henri Konan Bédié, il a honoré lundi de sa présence l’Hôtel Ivoire. Pour une représentation pleine de charme. A en croire les journaux locaux, l’ambiance était " théâtrale ". Solennel, Robert Gueï s’est adressé à un parterre... de fans.

Il avait pris soin de faire venir des partisans " très actifs ", note Notre Voie. " A peine le général a-t-il débuté son discours qu’ils applaudissent à tout rompre, scandant des " Gueï ! Gueï ! Gueï ! ". Au-delà de la mise en scène, ce que l’on retiendra surtout, c’est la pugnacité avec laquelle le général a mené son allocution. Cette première intervention publique depuis sa chute du pouvoir restera dans les esprits.

Ouattara ivoirien

Gueï a réfuté l’étiquette putschiste que les médias et les politiques lui ont collée, " fruit d’un dénigrement planifié " auquel l’ex-parti au pouvoir (PDCI-RDA) n’est, selon lui, pas étranger. Le coup d’Etat de décembre 1999 devient dans sa bouche " un coup de force organisé par des jeunes gens excédés par leur situation sociale difficile au sein d’une armée elle-même soutenue par une population laminée par la pauvreté ". Après avoir dressé un sombre tableau du régime Bédié, il a insisté sur les points positifs de son gouvernement de transition.

Il a nié avoir donné l’ordre de tirer sur le peuple lors des événements d’octobre 2000 qui ont entaché la présidentielle et a dissous la Commission nationale électorale lors de celles-ci " par obligation ", après avoir observé des fraudes massives. Loin d’être tendre avec Gbagbo et Bédié, il s’est gardé de critiquer Alassane Ouattara, affirmant qu’il considérait le président du RDR (Rassemblement des Républicains) comme " un citoyen ivoirien ".

Quant à ce dernier, il devrait bel et bien participer au Forum de réconciliation. C’est du moins ce qu’a affirmé le président togolais Gnassingbé Eyadéma à l’AFP : " Alassane Ouattara m’a assuré qu’il ira pour prononcer son discours là-bas, à ce Forum ". Il devra le faire avant le 10 décembre. C’est à cette date que le Forum s’achèvera.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles