17 septembre 2014 / Mis à jour à 16:58 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Gambie - Sénégal - Diplomatie - Politique
Sénégal : naissance d’un Conseil National de Transition en Gambie pour le départ de Jammeh
Dix-sept autres exécutions auraient eu lieu en août en Gambie. Depuis la capitale sénégalaise, Dakar, les leaders politiques gambiens en exil, viennent de mettre sur pieds un Conseil National de Transition pour le départ du président Yaya Jammeh. Ce conseil mise sur une intervention militaire pour défaire le président Jammeh.

(De notre correspondant)

A l’image de la Libye, de la Tunisie ou encore de l’Egypte, les leaders politiques gambiens contraints à l’exil par le président Jammeh, ont lancé ce jeudi, à Dakar, un Conseil National de Transition (CNT), dans le but de « réconcilier » les Gambiens avec le reste du monde. Sheikh Sidia Bayo, président de ce CNT, a peint un sombre tableau du régime du président Yaya Jammeh pendant une conférence de presse : « depuis 20 ans des honnêtes citoyens sont tués impunément par les hommes à la solde du président Jammeh ». Les exécutions des neuf prisonniers, par le Président gambien, a été le signal fort pour le lancement du CNT gambien, par la société civile du pays, exilée à l’étranger, avec, à sa tête, le jeune Sheikh Sidia Bayo. Il a noté, en conférence de presse, que ce gouvernement de transition était effectif, et prêt, avec une trentaine de membres, à réconcilier ce pays avec le reste du monde. Le Président du CNT gambien a fait savoir que 17 autres exécutions auraient eu lieu, le 28 août, des exécutions que le Président Jammeh n’a pas révélées à l’opinion, par crainte de représailles.

L’appel du Conseil National de Transition gambien

Le président du CNT appelle les responsables politiques et militaires de son pays, à faire défection au Président gambien « en réponse à ses crimes contre l’humanité et ses exécutions extrajudiciaires. Si ces derniers cautionnent les agissements du président gambien, ils seront considérés comme complices de Jammeh lorsque la justice sera établie. Parce que la chute de Jammeh est inévitable et se fera par une intervention militaire qui nécessite l’implication de tous les fils de la Gambie » a-t-il fait savoir.

Le CNT a également appelé les Nations unies à expulser l’ambassadeur gambien à New York, mais aussi, tous les corps diplomatiques gambiens, à faire défection au régime de Jammeh. S’adressant à la population gambienne, le chef du CNT a noté que la dignité et la sécurité de la sous région et de l’Afrique sont menacées, avec le comportement ubuesque et criminel du Président gambien. Le CNT compte aussi sur les institutions africaines pour l’accompagner et accélérer la fin du régime de Jammeh, afin d’amorcer la reconnaissance de leur patrie.

Ce CNT compte 35 membres dont une dizaine de responsables de la société civile gambienne. Mercredi dernier, l’ex-Premier ministre sénégalais, Souleymane Ndéné N’diaye a effectué un voyage express en Gambie à l’issue duquel, il dit avoir convaincu le président gambien de suspendre les exécutions des 38 autres condamnés à mort.

Lire aussi :

- Gambie : un ancien Premier ministre sénégalais convainc Yaya Jammeh de suspendre les exécutions

- Sénégal : Macky Sall exige des sanctions contre la Gambie

- Gambie : Dakar et Washington condamnent les exécutions de prisonniers


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles