31 octobre 2014 / Mis à jour à 08:50 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Mali - Conflit - Politique - Vidéos
Le coup d’Etat divise les Maliens

Incertitude et confusion règnent à Bamako. La confusion règne toujours au Mali cinq jours après le putsch contre le Président Amadou Toumani Touré. Les Maliens sont partagés sur la question.

L’imbroglio politique se poursuit au Mali cinq jours après le coup d’Etat contre Amadou Toumani Touré. La vie reprend peu à peu son cours à Bamako mais la population est partagée sur la question. « Il restait 40 jours avant l’élection présidentielle, on aurait pu patienter », estime Adama Bengaly, vendeur. Il ne comprend toujours pas les motivations des mutins. Mais pour Alassane Cissoko, jeune commerçant, les Maliens n’ont que trop patienté. Le coup d’Etat selon lui peut être la solution au conflit qui oppose le pays depuis la mi-janvier aux rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

« J’en ai marre de tous ces militaires ! »

Un avis loin d’être partagé par Cheikh Balla, retraité. Le vieil homme souhaite que le Mali « redevienne ce qu’il était avant car c’est un exemple pour l’Afrique. Et ce n’est pas n’importe quel pays. J’en ai marre de tous ces militaires ! »

De son côté, le Président Amadou Toumani Touré reste introuvable. Ironie du sort, c’est sans lui que le Mali célèbrera ce 26 mars le putsch qui l’avait mené au pouvoir en 1991 lorsqu’il s’était opposé au dirigeant Moussa Traoré.

Lire aussi : Mali : le putsch divise la classe politique


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles