21 septembre 2014 / Mis à jour à 12:00 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux

Guinée - Politique
Guinée : les partis politiques réclament des élections avant un an
Ils livrent à la junte leur position sur la gestion de la période de transition. Les représentants de partis politiques guinéens, après s’être réunis le week-end dernier à Conakry, ont défini une plateforme sur l’organisation et la gestion de la période transitoire qu’ils ont rendue publique mardi. Ils répondent ainsi à la sollicitation que leur avait faite le nouveau président, Moussa Dadis Camara, lors de leur première prise de contact au Camp Alpha Yaya Diallo, le 26 décembre.

Notre correspondant en Guinée

Réunis les 2, 3 et 4 janvier à Conakry, plusieurs partis politiques guinéens [1] ont défini une plateforme sur l’organisation et la gestion de la période transitoire. Concernant la durée de cette transition, la quinzaine de signataires de la plateforme propose qu’elle ne dépasse pas 12 mois, alors que la junte avait annoncé un délai de 18 mois. Au cours de cette période, des réformes institutionnelles et le parachèvement du recensement électoral devront être opérées. Et en attendant la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale, ces partis politiques proposent la mise en place d’un Conseil national de transition chargé de mettre en œuvre les reformes indispensables au déroulement du processus électoral et du contrôle de l’action gouvernementale. Cet organe devra être composé de 75 membres. Dont 35 représentants des partis politiques, 25 représentants de la société et 15 des forces de défense.

A propos du gouvernement de transition, ces partis politiques estiment qu’il ne doit pas dépasser 25 membres et doit être composé de personnalités intègres sur lesquelles aucun soupçon ne pèse en matière d’atteinte aux biens publics ou d’enrichissement illicite. Il faudra aussi tenir compte des équilibres ethniques, régionaux et politiques. Il sera aussi créé une cour spéciale chargée de régler des conflits constitutionnels et électoraux. En outre, les partis politiques guinéens proposent la relation d’un observatoire international composé des représentants de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest), de l’Union africaine, de l’ONU, chargés de suivre le bon déroulement de la transition.

La communauté internationale a également réclamé à la junte au pouvoir une transition rapide, condamnant le coup d’Etat militaire du 23 décembre. La CEDEAO pourrait d’ailleurs suspendre la Guinée. Elle organise, vendredi, à Abuja, la capitale du Nigeria, une séance extraordinaire qui est essentiellement consacré à ce sujet. « Nous n’avons aucune intention de nous éterniser au pouvoir », avait assuré Moussa Dadis Camara, le 25 décembre, deux jours après sa prise de pouvoir. Ses promesses ont suscité beaucoup d’espoir au sein de la population guinéenne qui attend qu’elles soient tenues.


[1] UFR, ANAD, UNPG, MEAG, ANP, PCG, PGUD, UDR


dossier
Après une longue agonie, le général Lansana Conté est décédé le 22 décembre, à Conakry, après avoir régné 24 ans sur la Guinée, laissant derrière lui un pays aux infrastructures quasi inexistantes et une population très pauvre. Le lendemain, un groupe de militaire putschistes, le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), a pris le pouvoir. Son leader, le capitaine Moussa Dadis Camara, a été proclamé président de la Guinée. Il a promis à la population guinéenne de combattre la...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles