Cameroun - Côte d’Ivoire - Egypte - Ghana - Guinée - Mali - Maroc - Nigeria - Pan Afrique - Sénégal - Tunisie
Qui va remporter la CAN 2008 ?
Cette 26e édition serait la plus relevée de l’histoire
Côte d’Ivoire, Cameroun, Maroc, Mali, Egypte… les sélections n’ont jamais été aussi nombreuses à pouvoir prétendre à la victoire finale d’une Coupe d’Afrique des Nations, alors que débute ce dimanche la 26e édition de la compétition au Ghana. Dans ces conditions, les Black Stars comptent bien profiter de l’avantage du pays hôte pour remporter leur cinquième trophée continental.

A écouter les observateurs du football africain qui se sont risqués à pronostiquer le dernier carré de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2008, qui démarre ce dimanche, au Ghana, une dizaine d’équipes sur 16 participantes peut prétendre au titre cette année. L’attaquant sénégalais El Hadji Diouf ne s’y est d’ailleurs pas trompé en faisant de cette 26e édition la « plus relevée de l’histoire ». Sur le papier, quatre équipes se présentent avec des joueurs parmi les meilleurs des championnats européens, à leurs postes, et capables de faire la différence à tout moment.

Côte d’Ivoire, Cameroun, Mali, Ghana : les stars européennes

C’est le cas du Ghana, emmené par un Michael Essien revanchard après avoir manqué la dernière CAN, en Egypte, sur blessure. Le milieu de terrain de Chelsea sera entouré de Gyan Asamoah (Udinese, Italie) ou encore de Sulley Muntari (Portsmouth, Angleterre), et il pourra compter sur le soutien de son public. Une statistique est favorable aux Black Stars : en 25 éditions, 11 fois le pays organisateur a remporté l’épreuve. Ce fut le cas du Ghana à deux reprises, en 1963 et 1978, qui a par ailleurs remporté les éditions 1982 et 1965. Claude Leroy, le sélectionneur français du Ghana, avait lui-même expliqué à Afrik, il y a un an, que tout « autre résultat qu’une victoire à la Can 2008 serait un échec » ! Pour éviter toute déconvenue, il a composé depuis plusieurs mois une équipe équilibrée en intégrant aux « anciens » de nouveaux talents dénichés aux quatre coins du monde.

Même avec une préparation défaillante, une fois n’est pas coutume, le Cameroun, avec Samuel Eto’o, reste un grand d’Afrique. En 2006, en se concentrant sur l’essentiel, les Lions Indomptables s’étaient reposés sur l’incroyable talent de leur buteur barcelonais, qui avait inscrit 5 buts en 4 matchs et terminé meilleur buteur de la compétition, pourtant quittée prématurément. Comme beaucoup de grands footballeurs, c’est même Eto’o qui avait manqué la frappe décisive, lors de l’incroyable séance de tirs au buts qui a vu la victoire de la Côte d’Ivoire en quarts de finale (12 à 11). Le Mali de Mahamadou Diarra (Real Madrid), Frédérique Kanouté (FC Séville) et Seydou Keita (FC Séville) aussi a belle allure. Mais la qualité pourrait peut-être faire défaut à Jean-François Jodar, leur sélectionneur français, sur le banc de touche, en cas de coup dur chez les titulaires.

Ce qui ne risque pas d’arriver au grand favori ivoirien : Didier Drogba (Chelsea), Yaya Touré (FC Barcelone), Kolo Touré (Arsenal), Emmanuel Eboué (Arsenal), Salomon Kalou (Chelsea), Abdelkader Keita (Olympique lyonnais), « Baki » Koné (Nice)… les noms des Eléphants résonnent chaque week-end dans les meilleurs clubs des meilleurs championnats européens. Même si le meilleur footballeur africain de l’année revient de blessure, et si Kader Keïta n’a pas le rendement attendu par son nouveau club, la Côte d’ivoire présente peut-être l’une des plus belles équipes de l’histoire de la Can. Reste à savoir si les Eléphants vont se décider à jouer sur toute la durée de leurs matchs et pas uniquement après avoir été menés au score, comme ils l’avaient fait lors du Mondial allemand.

Une liste à n’en plus finir

Qui d’autre encore ? L’Egypte, tenant du titre, est régulièrement cité comme l’un des quatre favoris du tournoi, même si c’est l’un des grands d’Afrique les plus méconnus. Le fait que ses joueurs n’évoluent que très rarement en Europe n’y est pas pour rien. Il faudra également compter avec le Maroc, excellent durant ses matchs amicaux et présenté par l’ex-international camerounais Patrick M’Boma, qui y voit une équipe « cohérente », comme l’un de ses deux favoris avec les Lions Indomptables.

Que dire alors du Sénégal de Mamadou Niang (Olympique de Marseille) ? Les Lions de la Teranga ont réussi des qualifications exemplaires et figurent parmi les quatre favoris du sélectionneur français de la Tunisie, Roger Lemerre, qui se voit également réussir de belles choses avec ses Aigles de Carthage. Quand au Nigeria, même avec des préparations plus catastrophiques encore que celles du Cameroun, un chiffre en dit long sur le talent naturel de son effectif : en quatorze participations, les Super Eagles sont montés à douze reprises sur le podium et ont brandi deux fois le trophée (1980 et 1994). « Si le football au Nigeria était organisé comme en Allemagne, la sélection serait imbattable. Même le Brésil devrait se méfier du Nigeria », assure leur entraîneur, Berti Vogts. Si le technicien allemand n’a pas « jeté l’éponge », après les différends qui l’ont opposé à la Fédération nigériane, c’est uniquement pour le plaisir qu’il « éprouve (…) à travailler avec des joueurs d’une telle qualité ».

Comme si cette énumération n’était pas suffisante, il faudra aussi se méfier de l’Angola, qui a participé en 2006 à sa première Coupe du Monde. L’Afrique du Sud, qui prépare le Mondial 2010, devra également bien figurer, après une succession de CAN décevantes depuis sa victoire en 1996. Quant au Syli National de Guinée de Pascal Feindouno (Saint-étienne), il a pratiqué l’un des plus beau jeu de la dernière Coupe d’Afrique, alors qu’il continue !


Cameroun




 

en bref

zoom



lire aussi

zoom afrik.com

recherche
 

l'actu d'afrik.com