3 septembre 2014 / Mis à jour à 23:48 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Lesotho - Election
Le Lesotho choisit son avenir
Elections législatives disputées samedi 17 février. Le mécontentement populaire devant la lenteur des réformes pourrait porter au pouvoir l’opposant Tom Thabane, leader de la Convention Basotho (ABD)

Jour décisif que ce 17 févier 2007 pour le petit royaume montagneux du Lesotho, enclavé dans l’Afrique du sud, et sa capitale Maseru. Les élections législatives semblent en effet avoir largement motivé les électeurs, dont les files s’étiraient dans les rues dès les premières heures du jour à l’abord des bureaux de vote.

Pakalitha Mosisili se pose en bon gestionnaire

Nombreux sont les jeunes électeurs, notamment, qui ne devraient pas être restés insensibles au discours du principal opposant à la majorité actuelle, détenue par le Congrès du Lésotho pour la Démocratie (LCD), mené par le Premier Ministre actuel Pakalitha Mosisili, qui brigue un troisième mandat... En mettant en avant ses performances en matière économique : inflation contenue à 5% et croissance prévue à 3,5% cette année...

Et Tom Thabane veut incarner le "changement"

Face à lui, Tom Thabane, fondateur du nouveau parti d’opposition la Convention Basotho (ABC), a su s’appuyer sur des slogans efficaces : "nous incarnons le changement", tel est son leitmotiv, avec sa kyrielle de promesses : éradication de la pauvreté, lutte plus efficace contre le SIDA, disparition de la faim et de la malnutrition, combat impitoyable contre la corruption.

Les besoins sont immenses, et les défis seront lourds à relever : même si les citoyens du Lesotho sont moins de 2 millions au total, un tiers, soit 600 000 d’entre eux, sont atteints du virus du SIDA... Et tous ne mangent pas à leur faim, dans un pays dont l’économie se résume encore largement à la pratique agricole, le plus souvent directement alimentaire, pour une consommation sur place.

Incertitude sur l’issue du scrutin, sérénité des deux camps

Le climat de la campagne a été plutôt serein, et rien ne laisse redouter au soir de l’élection des débordements pareils à ceux de 1998, qui avaient conduit les forces armées d’Afrique du Sud et du Botswana à intervenir au Lesotho pour calmer les violences civiles...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers